Mois: août 2015

Chaque dimanche, un évangile commun est proposé à tous par les églises chrétiennes. Pour ceux qui souhaitent approfondir, voici un éclairage de Marguerite Ph. Hoppenot.

Evangile du 6 septembre 2015

Mc 7, 31-37

Jésus quitta le territoire de Tyr et revint par Sidon vers la mer de Galilée en traversant le territoire de la Décapole. On lui amène un sourd qui, de plus, parlait difficilement et on le supplie de lui imposer la main. Le prenant loin de la foule, à l’écart, Jésus lui mit les doigts dans les oreilles, cracha et lui toucha la langue. Puis, levant son regard vers le ciel, il soupira. Et il lui dit : « Ephata », c’est-à-dire : « Ouvre-toi. » Aussitôt ses oreilles s’ouvrirent, sa langue se délia, et il parlait correctement. Jésus leur recommanda de n’en parler à personne : mais plus il le leur recommandait, plus ceux-ci le proclamaient. Ils étaient très impressionnés et ils disaient : « Il a bien fait toutes choses ; il fait entendre les sourds et parler les muets. »

Ephata !

Après avoir ouvert nos cœurs, nos oreilles et nos yeux pour voir et pour entendre à travers les « gémissements du monde » actuel ses aspirations, ses revendications, ses souffrances, celles qui jaillissent des profondeurs de l’humanité comme une quête de vie, il nous faut être convaincus que, seule, la présence croissante du Christ vivant dans le monde peut entraîner tous ces désirs, ces souffrances, voire ces violences vers le véritable enfantement du monde nouveau espéré. […]

Alors, homme étourdi, deviens ce que tu es, convertis-toi, retourne ton cœur, « Epheta », ouvre-toi vers l’autre, ton frère, en t’ouvrant à l’Autre, ton Dieu… ce Père en qui est la source unique et inépuisable de tout Amour et de toute Vie.

cette_vieMarguerite Ph. Hoppenot
Cette Vie qui m’est donnée :
La Bonne Nouvelle affrontée à l’actualité de l’histoire, pour un avenir positif du monde

du 31 août au 6 septembre 2015

Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là portera du fruit en abondance car en-dehors de moi vous ne pouvez rien faire.

– Jn 15, 5

Évangile du 30 août 2015

Mc 7, 1-8.14-15.21-23

Les Pharisiens et quelques scribes venus de Jérusalem se rassemblent auprès de Jésus. Ils voient que certains de ses disciples prennent leurs repas avec des mains impures, c’est-à-dire sans les avoir lavées. En effet, les Pharisiens, comme tous les Juifs, ne mangent pas sans s’être lavé soigneusement les mains, par attachement à la tradition des anciens ; en revenant du marché, ils ne mangent pas sans avoir fait des ablutions ; et il y a beaucoup d’autres pratiques traditionnelles auxquelles ils sont attachés : lavages rituels des coupes, des cruches et des plats. Les Pharisiens et les scribes demandent donc à Jésus : « Pourquoi tes disciples ne se conduisent-ils pas conformément à la tradition des anciens, mais prennent-ils leur repas avec des mains impures ? » Il leur dit : « Esaïe a bien prophétisé à votre sujet, hypocrites, car il est écrit :
Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi ; c’est en vain qu’ils me rendent un culte car les doctrines qu’ils enseignent ne sont que préceptes d’hommes.
Vous laissez de côté le commandement de Dieu et vous vous attachez à la tradition des hommes. »[…]
Puis, appelant de nouveau la foule, il leur disait : « Ecoutez-moi tous et comprenez. Il n’y a rien d’extérieur à l’homme qui puisse le rendre impur en pénétrant en lui, mais ce qui sort de l’homme, voilà ce qui rend l’homme impur. »[…] En effet, c’est de l’intérieur, c’est du cœur des hommes que sortent les intentions mauvaises, inconduite, vols, meurtres, adultères, cupidité, perversités, ruse, débauche, envie, injures, vanité, déraison. Tout ce mal sort de l’intérieur et rend l’homme impur. »

Toute institution religieuse est appelée à se purifier :

• Le formalisme : les structures, les formes et la lettre qui tuent l’esprit.
• Le pharisaïsme : le ˝savoir˝ qui, n’étant pas vécu ne devient pas ˝connaissance˝, ˝renaissance˝, et conduit à dire des choses que l’on ne vit pas et « qui font peser sur les autres des fardeaux qu’on ne porte pas soi-même » (Luc 11,46).
Ce sont deux tares qui étouffent l’Esprit, l’Esprit de Vie, et engendrent la mort.
A propos du formalisme qu’il dénonce vivement, Jésus-Christ prêche la liberté intérieure, celle de la conscience, la liberté des enfants de Dieu. « Pourquoi ne jugez-vous pas vous-mêmes ce qui est juste ? » [ …]
Jésus-Christ souligne l’importance et la primauté de l’essentiel par rapport aux règles qui sont de l’ordre du relatif, le primat de l’amour et de la vie sur la loi. C’est le passage de l’Ancien au Nouveau Testament.

Ph Eteignez EspritMarguerite Ph. Hoppenot
N’Eteignez pas l’Esprit :
Les tentations du Christ au désert

du 24 au 30 août 2015

Je vous donnerai un cœur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau.

– Ez 36, 26

Evangile du 23 août 2015

Jn 6, 60-69
Après l’avoir entendu, beaucoup de ses disciples commencèrent à dire : « Cette parole est rude ! Qui peut l’écouter ? » Mais, sachant en lui-même que ses disciples murmuraient à ce sujet, Jésus leur dit : « C’est donc pour vous une cause de scandale ? Et si vous voyiez le Fils de l’homme monter là où il était auparavant… ? C’est l’Esprit qui vivifie, la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie. Mais il en est parmi vous qui ne croient pas. » En fait, Jésus savait dès le début quels étaient ceux qui ne croyaient pas et qui était celui qui allait le livrer. Il ajouta : « C’est bien pourquoi je vous ai dit : « Personne ne peut venir à moi si cela ne lui est donné par le Père. » »
Dès lors, beaucoup de ses disciples s’en retournèrent et cessèrent de faire route avec lui. Alors Jésus dit aux Douze : « Et vous, ne voulez-vous pas partir ? » Simon-Pierre lui répondit : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as des paroles de vie éternelle. Et nous, nous avons cru et nous avons connu que tu es le Saint de Dieu.

Parole de vie

Plonger plus avant ses racines pour puiser une sève plus vive ! D’où cela pourrait-il venir lorsqu’il s’agit de l’Eglise du Christ, immense arbre du Dieu vivant ? […]
Pourrait-il être question de prendre du large par rapport à la Parole de Dieu ? Non, il s’agit de la recevoir en plein cœur, toute vivante de son Esprit dans l’aujourd’hui du monde, comme dans celui de notre propre vie.

cette_vieMarguerite Ph. Hoppenot
Cette vie qui m’est donnée

du 17 au 23 août 2015

Veille sur ton cœur plus que sur tout autre chose car c’est de lui que jaillissent les sources de la vie.

– Pr 4, 23

Évangile du 16 août 2015

Jn 6, 51-58
« Je suis le pain vivant qui descend du ciel. Celui qui mangera de ce pain vivra pour l’éternité. Et le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie. » Sur quoi, les Juifs se mirent à discuter violemment entre eux : « Comment celui-là peut-il nous donner sa chair à manger ? » Jésus leur dit alors : « En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme et si vous ne buvez pas son sang, vous n’aurez pas en vous la vie. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle, et moi, je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est vraie nourriture, et mon sang vraie boisson. Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui. Et comme le Père qui est vivant m’a envoyé et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mangera vivra par moi. Tel est le pain qui est descendu du ciel : il est bien différent de celui que vos pères ont mangé ; ils sont morts, eux, mais celui qui mangera du pain que voici vivra pour l’éternité. »

Prière d’offertoire

Seigneur, nous t’offrons ce pain de nos vies, fruit de nos grains de blé.
Il représente nous tous ici présents qui, convaincus par notre expérience vécue de l’amour, t’avons choisi comme chemin de notre vie.
Nous nous sommes engagés à incarner l’amour à ta suite, et à notre mesure, afin de devenir chrétiens en vérité.
Nous te présentons, Seigneur, ce pain de nos vies, déposé sur ton autel. Il est offert à la consécration de ton amour.
Que l’amour en nous transforme chacune des vies qui le composent, et celle de la grande communauté que nous formons ensemble, en Pain de ta vie… en Sève de ta vie, Seigneur, afin d’être, à notre mesure, si petite soit-elle encore, en communion avec tous les chrétiens, nos frères, foyer d’Eglise, Présence nourrissante de ta Vie, au sein du monde.

Ph Priere amourMarguerite Ph. Hoppenot
Prières d’amour, Prières de vie
« Offrande »

du 10 au 16 août 2015

Sa mère dit aux serviteurs : « Quoi qu’il vous dise, faites-le. »

– Jn 2, 5

Évangile du 9 août 2015

Jn 6, 41-51

Dès lors, les Juifs se mirent à murmurer à son sujet parce qu’il avait dit : « Je suis le pain qui descend du ciel. » Et ils ajoutaient : « N’est-ce pas Jésus, le fils de Joseph ? Ne connaissons-nous pas son père et sa mère ? Comment peut-il déclarer maintenant : « Je suis descendu du ciel » ? » Jésus reprit la parole et leur dit : « Cessez de murmurer entre vous ! Nul ne peut venir à moi si le Père qui m’a envoyé ne l’attire, et moi je le ressusciterai au dernier jour. Dans les Prophètes il est écrit : Tous seront instruits par Dieu. Quiconque a entendu ce qui vient du Père et reçoit son enseignement vient à moi. C’est que nul n’a vu le Père, si ce n’est celui qui vient de Dieu. Lui, il a vu le Père. En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit a la vie éternelle. Je suis le pain de vie. Au désert, vos pères ont mangé la manne, et ils sont morts. Tel est le pain qui descend du ciel, que celui qui en mangera ne mourra pas. »
« Je suis le pain vivant qui descend du ciel. Celui qui mangera de ce pain vivra pour l’éternité. Et le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie. »

Je suis la voie, la vérité, la vie

Jésus-Christ – révélation vivante de Dieu, incarnation de l’amour – m’entraîna irrésistiblement à sa suite dans l’aventure inépuisable de l’Amour. Il devint ce chemin vivant sur lequel on marche et qui, si on ne s’arrête pas de marcher, conduit, on le pressent, jusqu’au but : la connaissance de celui qui est Amour. […]

Je pris conscience en effet que cette connaissance du Père n’est pas une révélation qui puisse se saisir du dehors : elle ne peut s’approcher qu’à travers un dévoilement provoqué à l’intime de l’être humain par cet homme « re-né », cet homme intérieur, cet engendré, ce « fils » en nous, à la mesure de notre fidélité à vivre de Jésus-Christ. C’est Lui qui donne alors ses yeux pour voir peu à peu le Père dans sa vérité.

Marguerite Ph. Hoppenot

cette_vieCette vie qui m’est donnée :
Je suis la voie la vérité la vie

du 3 au 9 août 2015

Ce trésor, nous le portons dans des vases d’argile, pour qu’on voit bien que cette incomparable puissance appartient à Dieu et ne vient pas de nous.

– 2 Co 4, 7