Mois: novembre 2015 (Page 1 sur 2)

Chaque semaine, Sève propose une parole biblique que chacun reçoit comme si elle lui était adressée personnellement pour éclairer sa vie aujourd’hui. Les membres de Sève méditent chaque jour cette parole et la partagent lors de leurs réunions régulières, pour se laisser transformer personnellement et ensemble.

du 30 novembre au 6 décembre 2015

Ainsi tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le vous-mêmes pour eux.

Mt 7, 12

du 23 au 29 novembre 2015

Je me suis fait tout à tous afin d’en sauver à tout prix quelques-uns.

1 Co 9, 22

Evangile du 29 novembre 2015

Lc 21, 25-28, 34-36

« Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles, et sur la terre les nations seront dans l’angoisse, épouvantées par le fracas de la mer et son agitation, tandis que les hommes défailliront de frayeur dans la crainte des malheurs arrivant sur le monde ; car les puissances des cieux seront ébranlées. Alors, ils verront le Fils de l’homme venir entouré d’une nuée dans la plénitude de la puissance et de la gloire.
« Quand ces événements commenceront à se produire, redressez-vous et relevez la tête, car votre délivrance est proche. » [ …]
« Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que vos cœurs ne s’alourdissent dans l’ivresse, les beuveries et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l’improviste, comme un filet ; car il s’abattra sur tous ceux qui se trouvent sur la face de la terre entière. Mais restez éveillés dans une prière de tous les instants pour être jugés dignes d’échapper à tous ces événements à venir et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme. »

Une écologie humaine …

Dieu a son projet sur le monde, Il en a confié le secret à ses enfants, mais aussi la garde et l’accomplissement. Sa logique dans ce but est implacable. Non, on ne se moque pas de Dieu.
[…] Sous le regard de Dieu, nos actes s’enchaînent ; leur logique interne est irréductible, la relation de cause à effet, implacable. Tout acte bon produit de bons fruits, et les mauvais, de mauvais fruits. Ils sont notre récompense ou notre condamnation. […]
Plus l’homme s’aventure sur des chemins de connaissance qui lui livrent, en apparence, une part de la puissance de Dieu, plus il est pressant que l’Esprit de Dieu régisse les lois et inspire l’usage des prodigieuses possibilités qui se font jour. Car le démon rôde autour d’elles, et si nous ne veillons et prions fidèlement, l’apprenti sorcier ne tardera pas à faire tressaillir le monde.

Marguerite Ph. Hoppenot
VERS LE ROYAUME
La créature de Dieu devant la création de Dieu

En réponse aux attentats à Paris

A chaque  nouvelle cruauté, nous devons opposer un petit supplément d’amour et de bonté à conquérir sur nous-mêmes.Etty Hillesum, 1942

En profonde communion de souffrance avec tous, face à la montée générale de la violence qui conduit visiblement le monde vers un destin absurde, notre vocation très précisément orientée à l’amour vivant nous appelle à la communion fraternelle effectivement vécue et donc à l’unité et à la paix du monde.

Marguerite Hoppenot
UN ÊTRE NOUVEAU POUR UN MONDE NOUVEAU

« Je continuerai à croire, même si tout le monde perd espoir.
Je continuerai à aimer, même si les autres distillent la haine.
Je continuerai à construire, même si les autres détruisent.
Je continuerai à parler de paix, même au milieu d’une guerre.
Je continuerai à illuminer, même au milieu de l’obscurité.
Je continuerai à semer, même si les autres piétinent la récolte.
Et je continuerai à crier, même si les autres se taisent.
Et je dessinerai des sourires sur des visages en larmes.
Et j’apporterai le soulagement, quand on verra la douleur.
Et j’offrirai des motifs de joie là où il n’y a que tristesse.
J’inviterai à marcher celui qui a décidé de s’arrêter…
Et je tendrai les bras à ceux qui se sentent épuisés. »
Abbé Pierre

Message d’espérance

Nous sommes tous bouleversés par la violence extrême qui s’est abattue ce week-end sur Paris et sa banlieue.
Remplis de compassion, nous partageons la douleur et la souffrance de toutes les personnes qui ont été touchées de près ou de loin par cette tragédie.
La solidarité, le dévouement, le courage qui se sont manifestés au cœur de ce drame sont, malgré tout, signes d’espérance.
Nous le savons bien, c’est l’Amour qui sauvera le monde.

 
Il faut s’aimer les uns les autres envers et contre tout.
Que tous ceux qui veulent aimer à tout prix s’unissent afin que l’amour devienne un fleuve jaillissant, brûlant, irrésistible, qui emporte dans son courant tous les germes de violence qui cohabitent avec le germe d’amour…dans le cœur de l’être humain, de tous les êtres humains.
Nous avons en effet la certitude que l’amour triomphe de tout, parce que Jésus Christ, l’Amour incarné, a vaincu le Malin…
C’est pourquoi nous ne cessons d’espérer. »
Marguerite HoppenotUn être nouveau pour un monde nouveau

Face à ce défi, « Ce n’est pas un esprit de peur que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de maîtrise de soi. » 2 Tm, 1, 7
Alors soyons ensemble des témoins vivants de cette espérance.

du 16 au 22 novembre 2015

Ce n’est pas un esprit de peur que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de maîtrise de soi.

2 Tm 1, 7

Evangile du 22 novembre 2015

Jn 18, 33b-37

Pilate rentra donc dans la résidence. Il appela Jésus et lui dit : « Es-tu le roi des Juifs ? » Jésus lui répondit : « Dis-tu cela de toi-même ou d’autres te l’ont-ils dit de moi ? » Pilate lui répondit : « Est-ce que je suis Juif, moi ? Ta propre nation, les grands prêtres t’ont livré à moi ! Qu’as-tu fait ? » Jésus répondit : « Ma royauté n’est pas de ce monde. Si ma royauté était de ce monde, les miens auraient combattu pour que je ne sois pas livré aux Juifs. Mais ma royauté, maintenant, n’est pas d’ici. » Pilate lui dit alors : « Tu es donc roi ? » Jésus lui répondit : « C’est toi qui dis que je suis roi. Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix. »

Je suis venu rendre témoignage à la vérité. 

L’inépuisable vérité révélée en Jésus-Christ fut-elle reçue d’emblée par les apôtres et livrée par eux dans sa totalité ? Ou bien la vérité est-elle à jamais l’inépuisable révélation de l’Absolu, de l’Infini, incarnée en Jésus-Christ et qui se dévoile peu à peu à nos yeux ?
La vérité, Dieu, incarné en Jésus-Christ, fut livrée à l’humanité à travers les apôtres, qui en furent les témoins, comme la révélation inépuisable humainement puisqu’elle est celle de l’Absolu, de l’Infini, Dieu !
Avant Jésus-Christ, Dieu était mystérieux, inconnaissable ; Jésus-Christ est la révélation ultime, que nous n’aurons jamais fini de découvrir, de son mystère.
L’erreur, me semble-t-il, est d’arrêter aux apôtres et à Saint Paul la révélation de la vérité de Dieu. Ils ont inauguré ce que l’Esprit Saint doit indéfiniment poursuivre à travers les pauvres hommes limités que nous sommes, afin qu’ils cheminent fidèlement, à leur tour, à chaque étape de l’histoire humaine, vers la révélation, ce dévoilement sans fin de celui qui est la vérité et la vie, Dieu !

Marguerite Ph. Hoppenot
N’ÉTEIGNEZ PAS L’ESPRIT

du 9 au 15 novembre 2015

L’esprit du Seigneur est sur moi parce qu’il m’a conféré l’onction pour annoncer la bonne nouvelle aux pauvres. Il m’a envoyé proclamer aux captifs la libération et aux aveugles le retour à la vue, renvoyer en liberté les opprimés.

Lc 4, 18

Evangile du 15 novembre 2015

Mc 13, 24-32

« Mais en ces jours-là, après cette détresse, le soleil s’obscurcira, la lune ne brillera plus, les étoiles se mettront à tomber du ciel et les puissances qui sont dans les cieux seront ébranlées. Alors on verra le Fils de l’homme venir, entouré de nuées, dans la plénitude de la puissance et dans la gloire. Alors il enverra les anges et, des quatre vents, de l’extrémité de la terre à l’extrémité du ciel, il rassemblera ses élus.
« Comprenez cette comparaison empruntée au figuier : dès que ses rameaux deviennent tendres et que poussent ses feuilles, vous reconnaissez que l’été est proche. De même, vous aussi, quand vous verrez cela arriver, sachez que le Fils de l’homme est proche, qu’il est à vos portes. En vérité, je vous le déclare, cette génération ne passera pas que tout cela n’arrive. Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas. Mais ce jour ou cette heure, nul ne les connaît, ni les anges du ciel, ni le Fils, personne sinon le Père.

C’est le Dieu vivant qui sauve

Nous le croyons, c’est le Verbe fait chair à l’absolu en Jésus-Christ, qui, il y a deux mille ans, sauva définitivement l’humanité toute entière, en lui ouvrant jusqu’à et par sa mort d’Amour la voie de la plénitude de la Vie et donc le chemin de son véritable destin.
Nous le croyons aussi, c’est indéfiniment à la suite de Jésus-Christ, la Parole faite vie qui, jusqu’à la fin des temps, sauve et sauvera le monde de ses ténèbres, de ses incohérences et de son chaos.
Le Verbe de Dieu ne se conjugue donc pas seulement au passé. Il est un présent continué, « l’éternel présent » de Dieu au monde, aux deux sens de ce mot « présent » : le don de Dieu dans l’actualité du monde.

Marguerite Ph. Hoppenot
CETTE VIE QUI M’EST DONNÉE
Postface

Pyramide renversée

Lors du dernier synode, le Pape François a parlé de l’autorité dans l’Eglise en évoquant l’image de la « pyramide renversée ». En 1964, Marguerite Hoppenot livrait un écrit intitulé « Pyramide renversée », paru dans le livre « Le Temps du Feu ».

Voici son éclairage :

« … Combien ceux qui détiennent une part de pouvoir sur leurs frères, selon la hiérarchie des hommes, devraient souvent s’interroger pour connaître s’ils ne sont pas personnellement le « rideau de fer » de quelque captif, voire de quelque martyr innocent !

Ainsi plus s’accroît le poids du pouvoir, plus devrait apparaître et s’imposer à l’esprit des responsables de ce pouvoir, comme étant l’exigence et le principe vital d’une hiérarchie selon Jésus-Christ, une image aussi paradoxale qu’inhabituelle : celle d’une pyramide renversée.

Les racines d’un arbre, sa partie vitale, ne s’enfoncent-elles pas d’autant plus profond en terre que grandit l’arbre dont elles doivent assurer la vie ? De même l’exercice de tout pouvoir ne doit pas conduire à s’élever pour dominer et couronner l’édifice, mais à s’enfoncer pour le porter et le supporter. »

Marguerite Ph. Hoppenot
LE TEMPS DU FEU

Page 1 sur 2