Mois: avril 2016 (Page 1 sur 2)

Chaque dimanche, un évangile commun est proposé à tous par les églises chrétiennes. Pour ceux qui souhaitent approfondir, voici un éclairage de Marguerite Ph. Hoppenot.

Évangile du 1er mai 2016

Jn 14, 23-29
« L’Esprit Saint vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. »

« Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole » il se nourrira de ma parole, ma parole deviendra alors en lui substance de vie.
« Et nous ferons en lui notre demeure » et nous viendrons l’habiter, parce que sa vie sera apte à nous recevoir et à nous donner, en quelque sorte, « une humanité de surcroît », prolongement de notre vie dans le monde des hommes.
« Le Saint-Esprit vous rappellera tout ce que je vous ai dit ». Il révélera à vos yeux, dans votre propre vie, la vérité de ce que je vous ai dit.
Il vous donnera ses yeux, pour reconnaître dans la réalité vécue toutes ces choses que je vous ai annoncées. […]
Oui, l’Esprit-Saint nous donne de connaître et de reconnaître ce que Dieu imprime Lui-même dans le tissu de notre vie, et de le lire peu à peu en lettres de feu, inconfondables avec quoi que ce soit qui ne serait pas son « histoire sainte » en notre existence humaine.

Marguerite Ph. Hoppenot
Midi sur le monde
ch.  Nous ferons en lui notre demeure

du 25 avril au 1er mai 2016

C’est à ceci que désormais nous connaissons l’amour : lui, Jésus, a donné sa vie pour nous ; nous aussi nous devons donner notre vie pour nos frères.
1 Jn 3, 16

Mon désarroi devant le chaos latent du monde actuel…

Lorsque je suis plongée dans le désarroi de mon âme devant le chaos latent du monde actuel, je tourne alors mes regards vers Dieu pour essayer d’en sonder les raisons.
Je crois discerner que l’humanité est tout à la fois privée de son centre de gravité et privée de son pôle d’attraction, ces deux facteurs d’équilibre procédant des mêmes lois, lois éternelles de la gravitation universelle; l’une assurant à chacun sa raison d’être, l’autre établissant tous en une commune tension vers leur fin.
Je crois que les lois éternelles de la création sont identiques, qu’elles s’appliquent soit à l’ordre naturel, soit à l’ordre surnaturel…Ces deux ordres étant l’oeuvre d’un unique Créateur, comment mus par la même inspiration créatrice ne relèveraient-ils pas de la même logique et ne seraient-ils pas tenus d’obéir aux mêmes lois ? (…)
Lorsque l’humanité, livrée à elle-même, se lance dans la folle aventure d’une existence qu’elle croit enfin libérée de son Dieu et soustraite aux lois de son origine et de sa fin, elle tend inévitablement à mesurer sa puissance pour s’affirmer à ses propres yeux, et se prouver à elle-même qu’elle est seule maîtresse de son destin.
Avide de soi-disant liberté, nous voyons l’homme partir à la conquête de son indépendance illusoire qui n’est, en fait, que la caricature de sa liberté.
Dans cette poussée individualiste, tous ces êtres « indépendants », bien que malgré eux irrémédiablement solidaires, n’étant plus reliés à leur centre, ni tendus ensemble vers un but commun, sont inévitablement conduits à l’anarchie et au chaos. (…)
Devant cette double expérience d’autodestrustion de ses rêves, comment l’homme insensé ne se soumet-il pas enfin à Celui qui est l’unique et éternel garant de l’harmonie générale du monde et des libertés de chacun.

Marguerite Ph. hoppenot
17 janvier 1960

Evangile du 24 avril 2016

Jn 13, 31-35
« Je vous donne un commandement nouveau : aimez-vous les uns les autres. Comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres. A ceci, tous vous reconnaîtront pour mes disciples : à l’amour que vous aurez les uns pour les autres. »

Il faut s’aimer les uns les autres envers et contre tout.
Il n’est de vrai que l’amitié et l’amour.
Que tous ceux qui veulent aimer à tout prix s’unissent afin que l’amour devienne un fleuve jaillissant, brûlant, irrésistible, qui emporte dans son courant tous les germes de violence qui cohabitent avec le germe d’amour… dans le cœur de l’être humain, de tous les êtres humains.
Nous avons en effet la certitude que l’amour triomphe de tout, parce que Jésus-Christ, l’Amour incarné, a vaincu le Malin…
« Ne vous souvenez pas du passé…  Voici que je fais un monde nouveau, il germe déjà, ne le voyez-vous pas ? » (Is 43,19)
Oui, […] nous avons eu la révélation vivante que le grain semé avait germé et était devenu une moisson, une moisson vivante que rien ne pourra empêcher d’ensemencer et de fertiliser des terres nouvelles pour qu’advienne le monde nouveau promis.
C’est pourquoi nous sommes dans la paix : nous ne cessons d’espérer, d’une espérance capable de soulever des montagnes, parce que nous avons la certitude que le Christ vivant – l’amour incarné en chacun et dans nos communautés – est le seul levain capable de soulever les montagnes et de faire advenir ce monde nouveau promis.

Marguerite Ph. Hoppenot,
chapitre « Nous ne cessons d’espérer ! »
extrait Un être nouveau pour un monde nouveau

du 18 au 24 avril 2016

Pourquoi avez-vous peur, hommes de peu de foi ?
Mt 8, 26

D’un membre de Sève à Noirmoutier

  1. Education religieuse
    J’ai été élevée dans une famille catholique. À 20 ans, j’ai arrêté de pratiquer : attitudes de chrétiens, famille ou enseignants, tellement différents entre leurs paroles et leurs actes. Il m’a fallu 35 ans pour réaliser que ces divergences venaient peut-être de chrétiens, d’humains donc, mais que Dieu n’avait rien à voir avec tout ça!
    Et l’Esprit Saint (donc Dieu) m’a ouvert les yeux et le coeur : c’est après que je m’en suis rendue compte. Tout d’abord par un pèlerinage à Lourdes, puis j’ai intégré l’Action Catholique des Femmes, puis Alpha et me voici en Sève. Toutes ces belles pierres qui m’ont guidée sont reliées les unes aux autres. Je chemine…
  2. Découverte du Mouvement Sève
    Et j’ai découvert le Mouvement Sève grâce à Paule et Jean-Jacques, après avoir vécu le parcours Alpha.
    Ils m’avaient invitée à vivre une halte spirituelle d’été (Choisis la vie…et ce qui fait vivre) : pas nécessairement convaincue, pour voir…eh bien, j’ai vu !
    J’ai tout d’abord fait connaissance des lieux, puis des responsables parisiennes, accueillantes et bienveillantes, et des autres participants venant de partout (France et étranger). Et puis vinrent les partages et surtout les paroles de Marguerite Ph. Hoppenot (fondatrice du mouvement). J’ai, entre autres, « reçu » cette phrase : « Tu portes en toi quelqu’un de plus grand que toi. Tu portes en toi ton devenir. » Prier c’est aimer.
    Et il y a eu aussi les 3 « P », importants pour nous mettre dans une bonne relation avec l’autre et à se remémorer :
    – Préjugé favorable,
    – Pureté d’intention,
    – Pauvreté de soi
    J’y ai vu des sourires, de l’écoute, des partages, des richesses…de l’espérance.
    Paule et Jean-Jacques m’ont ensuite proposé de vivre une année de découverte. Ce que j’ai fait avec bonheur. Cette année est ma 3ème année en Sève.
  3. Chemin spirituel
    Peut-être ai-je fait le choix de venir vivre à Noirmoutier il y a 16 ans parce que c’est ici qu’est le Centre Spirituel de Sève ? Peut-être y ai-je été guidée ? Car j’avais besoin de cultiver ma foi latente, d’être guidée, de partager en toute confiance et sainement.
    J’y ai aussi trouvé du réconfort, de l’amitié, de la fraternité, du soutien…une famille.
    J’y ai puisé force et sérénité.
    J’en aime l’esprit de non-pouvophotos seve gaill 002ir, de pureté d’intention, de chaleur humaine, vivant, concret, positif. Il est une mise en route éclairée, dans l’actualité. Il est ouvert et dans le monde.
    Geneviève

Évangile du 17 avril 2016

Jn 10, 27-30
« Mes brebis écoutent ma voix, et je les connais, et elles viennent à ma suite. Et moi, je leur donne la vie éternelle ; elles ne périront jamais et personne ne pourra les arracher de ma main. Mon Père qui me les a données est plus grand que tout, et nul n’a le pouvoir d’arracher quelque chose de la main du Père. Moi et le Père nous sommes un »

Prenons-nous tous conscience que, selon l’image chère à Saint Jean, nous sommes les humbles bergers d’un troupeau immense, quelque inexplicable que ce choix nous paraisse ? Troupeau marqué du signe de la bergerie de son Maître ; fidèle, en attente, mais assoiffé aussi et dont nous sommes responsables qu’il boive à une source d’eau vive, pour faire, ensemble, l’étape que Dieu a fixée pour lui. […]
Chacun se sent-il accueilli, « chez lui », auprès de moi ?
Quelqu’un n’a-t-il pas froid à mes côtés ? N’en est-il pas un à qui je ferme inconsciemment ma porte ?
Là où Dieu m’a placé, est-ce que je sais aimer tous les êtres qui m’entourent ? Pas seulement les plus sympathiques, mais aussi ceux dont l’écorce est plus rude, l’apparence plus ingrate ?
Est-ce que je les aime assez ?
L’amour est créateur : est-ce que je crois assez au meilleur de chacun pour que tous puissent s’épanouir ?
Comme le Bon Pasteur, ai-je tout fait pour rejoindre la brebis perdue ?

Marguerite Ph. Hoppenot,
chapitre « La vie nouvelle ou les exigences de l’amour »
extrait de Vers le Royaume

 

du 11 au 17 avril 2016

Au nom du Christ nous vous le demandons, laissez-vous réconcilier avec Dieu.
2 Co 5, 20

Tout être est une histoire sacrée

Tous les êtres sont habités par des soifs d’exister davantage, d’aimer et d ‘être aimés, de créer, d’être libres, de communiquer, soifs de lumière aussi…
Toutes ces soifs de « plus-être », qui sont des soifs intimes de l’être humain, sont en réalité des soifs de Dieu qui ne disent pas leur nom.

Le spirituel est la plus grande dimension de l’humain.

« Dieu est Amour » 1 Jn 4,8
et « l’homme est créé à l’image de Dieu » Gn 1,27 :
quelle prise de conscience fulgurante !

Dieu n’est plus le Dieu lointain, inaccessible.
Il n’y a plus Dieu en haut – même un Dieu très bon
qui aime l’homme – et l’homme en bas.
Dieu est à la fois transcendant et immanent
dans le coeur de l’homme.
Dieu est l’Aimant et nous sommes la limaille. Il y a une mutuelle attraction entre l’aimant et la limaille.

Il y a une parenté vitale entre l’Être divin et l’être humain.

Créé à l’image de Dieu qui est Amour, l’être humain porte en lui un germe de vie divine, un germe d’amour.

Tous les êtres humains naissent donc enfants de Dieu.
Quelle Bonne Nouvelle !
« Si tu savais le don de Dieu ! » Jn 4,10

Dieu est Amour. L’amour ne s’impose pas. Il se propose.

Ce don gratuit de l’amour est une proposition faite à notre liberté.

Dieu attend notre libre réponse d’amour à son amour.

Alors, veux-tu ?

Marguerite PH. Hoppenot
Extrait de Florilège

Évangile du 10 avril 2016

Jn 21, 1-14 (lecture brève)
« Après cela, Jésus se manifesta de nouveau aux disciples… »

[…] Saint Jean précise également deux autres attitudes caractéristiques qui révèlent la présence du Ressuscité :
– Face à la pêche infructueuse de ses disciples, nous voyons Jésus leur faire cette recommandation surprenante : « Jetez vos filets de l’autre côté. » Une pêche miraculeuse s’ensuivit !
Le Christ est en effet Celui qui, sans cesse, nous surprend à jeter ses filets d’un côté inhabituel : vers ceux qui se connaissent vulnérables, pécheurs, malades et démunis de quelque manière, et dont le besoin et la soif dessillent les yeux et ouvrent les cœurs.
– Enfin revenant sur la rive, les disciples de Jésus découvrent peu à peu le Maître à travers les apparences de ce serviteur, attentif à prévoir leurs besoins et à y répondre par la préparation du feu nécessaire à la cuisson du repas. Soudain, à travers lui, s’impose à eux la présence de Jésus, le Maître bien aimé qui, inlassablement, leur répétait ces paroles paradoxales, fondatrices de toute autorité chrétienne : « Que celui qui commande soit comme celui qui sert ».
MARGUERITE PH. HOPPENOT
CETTE VIE QUI M’EST DONNÉE, « RÉSURRECTION »

Page 1 sur 2