Mois: septembre 2017

Chaque dimanche, un évangile commun est proposé à tous par les églises chrétiennes. Pour ceux qui souhaitent approfondir, voici un éclairage de Marguerite Ph. Hoppenot.

Évangile du dimanche 1er octobre 2017

En ce temps-là, Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens du peuple : « Quel est votre avis ? Un homme avait deux fils. Il vint trouver le premier et lui dit :
‘Mon enfant, va travailler aujourd’hui à la vigne.’ Celui-ci répondit : ‘Je ne veux pas.’
Mais ensuite, s’étant repenti, il y alla. Puis le père alla trouver le second et lui parla de la même manière. Celui-ci répondit : ‘Oui, Seigneur !’ et il n’y alla pas.  Lequel des deux a fait la volonté du père ? » Ils lui répondent : « Le premier. »
Jésus leur dit : « Amen, je vous le déclare : les publicains et les prostituées
vous précèdent dans le royaume de Dieu. Car Jean le Baptiste est venu à vous sur le chemin de la justice, et vous n’avez pas cru à sa parole ; mais les publicains et les prostituées y ont cru. Tandis que vous, après avoir vu cela, vous ne vous êtes même pas repentis plus tard pour croire à sa parole. »  Mt 21, 28-32

Notre cœur demeure limité à la mesure de nos horizons, alors qu’à la tâche illimitée du Royaume ne pourrait correspondre qu’un cœur sans limites. Je sais bien que, pour la plupart d’entre nous, le « viens et suis-moi » du Christ semble s’opposer à leur vie dans le monde, voire à leur foyer, et leur fait douloureusement éprouver leurs limites humaines.
Les « affaires de notre Père » seraient-elles donc réservées à ceux qui ont tout le temps disponible… une vie bien en ordre… à ceux qui n’ont ni problèmes, ni difficultés particulières… aucune tentation… pas d’épreuves ? Qui n’en a pas ? De plus, comment pourrions-nous entraîner les autres là où nous ne sommes pas passés nous-mêmes ?
Il me semble que nous regardons le problème de nos limites avec des vues trop humaines. Seule une vue de foi peut nous introduire à l’unique solution de cet insoluble problème.
Ce qui n’est plus à notre dimension d’homme ne peut-être qu’à la dimension du Christ en nous.
Plus la tension devient grande entre les multiples exigences, apparemment divergentes du « fini » et de « l’infini » dans notre vie, plus nous sommes acculés à nous livrer à une autre dimension.
Marguerite Ph. Hoppenot
Vers le Royaume
ch. Nos limites face au sans limites

du 25 septembre au 1er octobre

« Quand j’aurais la foi la plus totale, celle qui transporte les montagnes, s’il manque l’amour, je ne suis rien. »
1 Co 13, 2

du 18 au 24 septembre 2017

« Il vous faut, renonçant à votre existence passée, vous dépouiller du vieil homme qui se corrompt sous l’effet de la convoitise trompeuse, il vous faut être renouvelés par la transformation spirituelle de votre intelligence et revêtir l’homme nouveau créé selon Dieu dans la justice et la sainteté. »
Eph 4, 22- 24

du 11 au 17 septembre 2017

« Que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, le Père à qui appartient la gloire, vous donne un esprit de sagesse qui vous le révèle et vous le fasse vraiment connaître. »
Eph 1, 17

La civilisation de l’Amour

Vu à l’aube…

Réveillée très tôt par l’appel lancinant au fond de mon être du monde et de l’Église du Christ, je prends une conscience plus aigüe encore que les deux sont indissolublement liés.
Jésus-Christ est venu instaurer un monde nouveau.
Or le monde actuel est devenu vertigineusement nouveau…mais dans un sens bien différent de ce que Jésus-Christ avait annoncé et pour lequel Il avait consacré toute sa vie, tout son « Être-Amour », afin que s’accomplisse la communion fraternelle, en un mot l’unité.
Son ultime prière « Père, qu’ils soient un, comme toi et moi sommes un, afin que le monde croie que tu m’as envoyé » (Jn 17, 21) prouve le déchirement de son cœur  face à la division des enfants de Dieu…
Ne sommes-nous pas tous responsables, si peu que ce soit, que triomphe la haine ou l’amour, la guerre ou la paix, la division ou la communion fraternelle…la civilisation de l’amour dans le monde ?
1991

Marguerite Ph. Hoppenot
Prier c’est Aimer

du 4 au 10 septembre 2017

« Restez en tenue de travail et tenez vos lampes allumées.12, 35 Restez en tenue de travail et tenez vos lampes allumées. »
Lc 12, 35