Mois: octobre 2017

Chaque semaine, Sève propose une parole biblique que chacun reçoit comme si elle lui était adressée personnellement pour éclairer sa vie aujourd’hui. Les membres de Sève méditent chaque jour cette parole et la partagent lors de leurs réunions régulières, pour se laisser transformer personnellement et ensemble.

du 23 au 29 octobre

« Nous avons parlé aux femmes réunies. L’une d’elles, nommée Lydie,  …était tout oreilles ; car le Seigneur avait ouvert son cœur pour la rendre attentive aux paroles de Paul. »
Ac 16, 14

Évangile du dimanche 29 octobre 2017

Apprenant qu’il avait fermé la bouche aux Sadducéens, les Pharisiens se réunirent. Et l’un d’eux, un légiste, lui demanda pour lui tendre un piège : « Maître, quel est le grand commandement dans la Loi ? » Jésus lui déclara : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée. C’est là le grand, le premier commandement. Un second est aussi important : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépendent toute la Loi et les Prophètes. »
Mt 22, 34-40

L’amour dont le Seigneur nous fait un commandement d’aimer nos frères, cet amour qu’il lie dans une même exigence à l’amour de nous-mêmes et à l’amour que nous Lui portons est en effet un seul et même amour : unique amour dont la source et la fin sont Dieu, Amour trinitaire qui doit faire en nous sa demeure pour agréger peu à peu tout notre « être » à son courant de vie.

Marguerite Ph. Hoppenot
Midi sur le Monde
ch. S’aimer soi-même

du 16 au 22 octobre

« C’est l’Esprit qui vivifie, la chair ne sert à rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie. »
Jn 6, 63

Évangile du dimanche 22 octobre 2017

Alors les Pharisiens allèrent tenir conseil afin de le prendre au piège en le faisant parler. Ils lui envoient leurs disciples, avec les Hérodiens, pour lui dire : « Maître, nous savons que tu es franc et que tu enseignes les chemins de Dieu en toute vérité, sans te laisser influencer par qui que ce soit, car tu ne tiens pas compte de la condition des gens. Dis-nous donc ton avis : Est-il permis, oui ou non, de payer le tribut à César ? » Mais Jésus, s’apercevant de leur malice, dit : « Hypocrites ! Pourquoi me tendez-vous un piège ? Montrez-moi la monnaie qui sert à payer le tribut. » Ils lui présentèrent une pièce d’argent. Il leur dit : « Cette effigie et cette inscription, de qui sont-elles ? » Ils répondent : « De César. » Alors il leur dit : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. » A ces mots, ils furent tout étonnés et, le laissant, ils s’en allèrent.
Mt 22, 15-21

Dans sa simplicité, cette parole [de Jésus] est une de celle qui a le plus servi à l’affranchissement des consciences, à la distinction des deux pouvoirs, le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel et la paix entre eux.
Jésus affirme d’abord que le pouvoir civil, même entre les mains des païens, n’est pas nécessairement malfaisant, comme certains sont portés à le croire. Il rend des services, fait régner la paix matérielle, sert au développement de la richesse temporelle. (…)
Dieu a des droits, droits fondés sur ce que nous recevons de Lui, droits que proclame son image empreinte sur tout ce que nous recevons de Lui. « L’image de César est gravée sur le métal, l’image de Dieu est gravée dans tout l’homme, dans son corps, son âme, sa volonté ; il est juste de lui rendre tout cela, puisque c’est lui qui nous en donne et la substance et l’accroissement » Saint Hilaire de Poitiers. Et Tertullien dit de son côté : « Si vous devez rendre à César l’image de César imprimée sur le métal, vous devez rendre à Dieu l’image de Dieu qui est imprimée dans l’homme, vous devez vous donner vous-mêmes à Dieu ».

Fr. Joseph de Almeida Monteiro o.p.  Homélie au Mouvement Sève
Bulletin n° 207

du 9 au 15 octobre

« Marie retenait tous ces événements et les méditait dans son coeur. »
Lc 2, 19

Évangile du dimanche 15 octobre 2017

Et Jésus se remit à leur parler en paraboles : « Il en va du Royaume des cieux comme d’un roi qui fit un festin de noces pour son fils. Il envoya ses serviteurs appeler à la noce les invités. Mais eux ne voulaient pas venir. Il envoya encore d’autres serviteurs chargés de dire aux invités : “Voici, j’ai apprêté mon banquet ; mes taureaux et mes bêtes grasses sont égorgés, tout est prêt, venez aux noces.” Mais eux, sans en tenir compte, s’en allèrent, l’un à son champ, l’autre à son commerce ; les autres, saisissant les serviteurs, les maltraitèrent et les tuèrent. Le roi se mit en colère ; il envoya ses troupes, fit périr ces assassins et incendia leur ville. Alors il dit à ses serviteurs : “La noce est prête, mais les invités n’en étaient pas dignes. Allez donc aux places d’où partent les chemins et convoquez à la noce tous ceux que vous trouverez.” Ces serviteurs s’en allèrent par les chemins et rassemblèrent tous ceux qu’ils trouvèrent, mauvais et bons. Et la salle de noce fut remplie de convives. Entré pour regarder les convives, le roi aperçut là un homme qui ne portait pas de vêtement de noce. “Mon ami, lui dit-il, comment es-tu entré ici sans avoir de vêtement de noce ? ” Celui-ci resta muet. Alors le roi dit aux servants : “Jetez-le, pieds et poings liés, dans les ténèbres du dehors : là seront les pleurs et les grincements de dents.” Certes, la multitude est appelée, mais peu sont élus. » Mt 22, 1-14

Il nous faut veiller attentivement à deux choses :

Être toujours en état d’alerte, afin de pouvoir à tout moment percevoir l’appel, quelles que soient sa discrétion et la forme sous laquelle il se propose. Dieu ne fait pas tomber la foudre à nos pieds, pas plus pour nous appeler que pour nous répondre. Que de secrets appels nous laissons ainsi passer sans entendre ! Il y a tant de tapage dans notre vie !
Être toujours en ordre de départ : Oui, prêts à partir, prêts à quitter, parce que, pour répondre à un appel, il nous faut toujours quitter quelque chose. Or, nous avons tant de raisons d’être tenus.
C’est pourquoi le Maître des noces, impatient de déverser sur des convives ce dont il voulait les combler, envoya chercher ceux qui étaient sur le bord du chemin : les disponibles, les non-installés dans leurs biens, leurs habitudes, leurs avoirs… les « prêts à venir ».

Marguerite Ph. Hoppenot
Vers le Royaume
ch. Appelés

Le carrefour du troisième millénaire

…Prenons désormais conscience que nous ne pourrons sauver notre bonheur personnel qu’en contribuant à sauver la paix du monde. C’est évident et irréversible.
Alors, que voulons-nous ? Interrogeons-nous en pensant aux générations qui suivent, celles de nos chers enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants. Que décidons-nous ?
Il nous faut enfin comprendre que nous sommes tous concernés, chacun à notre mesure – apparemment si petite soit-elle, par ce nouvel ordre du monde. Ce sont les gouttes d’eau qui font l’océan.
Il s’agit que nous soyons enthousiasmés par ce grand projet d’amour fraternel pour une paix universelle, projet qui nous dépasse mais qui passe par chacun de nous. Il s’agit de s’y engager personnellement et tous ensemble afin d’édifier l’avenir de l’humanité, celui de tous les enfants du monde qui sont tous enfants de Dieu.
La ferme espérance de cet avenir positif du monde nous appelle chacun à vivre toutes les patiences de nos impatiences d’amour.
Et nous retrouvons là l’évidence d’une essentielle loi de la vie : l’infiniment petit, secret de l’infiniment grand et le personnel, secret de l’universel.

Marguerite Hoppenot
Un être nouveau pour un monde nouveau

Dialogue inédit entre Mgr Teissier et Karima Berger

Le Mouvement Sève vous invite à un dialogue entre

Mgr Henri Teissier, archevêque émérite d’Alger
arton9023-b1193

et Karima Berger, musulmane, écrivain, présidente de l’association « Écritures et Spiritualités »
karima-berger-fb
sur le thème Vivre au quotidien l’altérité spirituelle :
Comment s’enrichir du chemin de l’autre vers Dieu ?

                                   Le mardi 17 octobre 2017 à 20h
92 bis Bd du Montparnasse, 75014 Paris
Métro : Edgar Quinet  ou Vavin

Une rencontre à ne pas manquer
Participation libre

 

du 2 au 8 octobre

« L’homme appela sa femme du nom d’Ève, c’est-à-dire La Vivante. Car c’est elle qui a été la mère de tout vivant. »
Gn 3, 20

Évangile du dimanche 8 octobre 2017

« Écoutez une autre parabole. Il y avait un propriétaire qui planta une vigne, l’entoura d’une clôture, y creusa un pressoir et bâtit une tour ; puis il la donna en fermage à des vignerons et partit en voyage. Quand le temps des fruits approcha, il envoya ses serviteurs aux vignerons pour recevoir les fruits qui lui revenaient. Mais les vignerons saisirent ces serviteurs ; l’un, ils le rouèrent de coups ; un autre, ils le tuèrent ; un autre, ils le lapidèrent. Il envoya encore d’autres serviteurs, plus nombreux que les premiers ; ils les traitèrent de même. Finalement, il leur envoya son fils, en se disant : “Ils respecteront mon fils.” Mais les vignerons, voyant le fils, se dirent entre eux : “C’est l’héritier. Venez ! Tuons-le et emparons-nous de l’héritage.” Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent. Eh bien ! lorsque viendra le maître de la vigne, que fera-t-il à ces vignerons-là ? » Ils lui répondirent : « Il fera périr misérablement ces misérables, et il donnera la vigne en fermage à d’autres vignerons, qui lui remettront les fruits en temps voulu. » Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu dans les Ecritures :
La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs, c’est elle qui est devenue la pierre angulaire ; c’est là l’œuvre du Seigneur ; quelle merveille à nos yeux. Aussi je vous le déclare : le Royaume de Dieu vous sera enlevé, et il sera donné à un peuple qui en produira les fruits.
Mt 21, 33-43

En mourant sur la croix, Jésus-Christ, refusé, bafoué – comble de l’injustice – par ceux qu’Il aimait au point de leur avoir donné sa vie, alla jusqu’au terme de son message d’amour en les aimant… et en aimant jusqu’à la fin !
Par delà l’échec apparent de sa vie, c’est ainsi qu’Il accomplit pleinement la mission qu’Il avait reçue : assurer à la face du monde le triomphe définitif de son Père en témoignant, jusqu’à l’absolu, que Dieu Est Amour.

Marguerite Ph. Hoppenot
Cette vie qui m’est donnée
ch. Jusqu’à l’ultime fin