Mois: janvier 2018

Chaque semaine, Sève propose une parole biblique que chacun reçoit comme si elle lui était adressée personnellement pour éclairer sa vie aujourd’hui. Les membres de Sève méditent chaque jour cette parole et la partagent lors de leurs réunions régulières, pour se laisser transformer personnellement et ensemble.

du 29 janvier au 4 février

« Oui, vous tous qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu le Christ. Il n’y a plus ni Juif, ni Grec ; il n’y a plus ni esclave ni homme libre, il n’y a plus l’homme et la femme, car tous vous n’êtes qu’un en Jésus Christ. »
Gal 3, 27-28

du 22 au 28 janvier

« Marthe, Marthe tu t’inquiètes et t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. C’est Marie qui a choisi la meilleure part ; elle ne lui sera pas enlevée. »
Lc 10, 41-42

du 15 au 21 janvier

« Lorsque la femme enfante, elle est dans l’affliction puisque son heure est venue ; mais lorsqu’elle a donné le jour à l’enfant, elle ne se souvient plus de son accablement, elle est toute à la joie d’avoir mis un homme au monde. »
Jn 16, 21

du 8 au 14 janvier

« Comment m’est-il donné que vienne à moi la mère de mon Seigneur ? »
Lc 1, 43-44

Évangile du dimanche 7 janvier 2018

« Les mages avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode regagnèrent leur pays par un autre chemin. » Mt 2,12

Cet épisode des Mages se révèle d’une étonnante richesse spirituelle pour notre vie, si nous ne le réduisons pas à un événement historique sans lendemain.
Il nous apprend par ailleurs que l’aventure de la foi commence par une mise en route sans preuve ; « Bienheureux sont ceux qui, sans avoir vu, ont cru.»Jn 20, 29
Il nous précise encore que cette découverte du Christ, bien que personnelle, ne se fait pas individuellement, mais avec d’autres, en communauté, en Eglise si je puis dire.
En effet, toute grande aventure digne de ce nom nécessite la solidarité d’une équipe orientée vers un but commun. Que dire alors de l’aventure prodigieuse tendue vers la découverte du Dieu Vivant !
Il nous donne enfin un conseil de sagesse, indispensable à ceux qui viennent de faire une découverte exaltante : avant de vouloir la communiquer, il nous faut la faire nôtre, la vivre à notre tour.
En effet, au seuil de leur retour, une voix se fit entendre aux Mages, les incitant fermement « à revenir par un autre chemin ». Par ces mots, cette voix intérieure ne disait-elle pas discrètement aux Mages : ne soyez pas superficiels, ni étourdis ; Celui que vous avez vu et découvert ; Celui en qui désormais vous croyez, vous êtes actuellement incapables de Le communiquer, sans risquer de laisser altérer votre foi naissante, voire de la perdre, en vous laissant atteindre par les critiques extérieurs et les arguments négatifs qui vous assailliront.
«Retournez par un autre chemin », le chemin du silence intérieur et de la contemplation d’où naîtra l’expérience de la vie. Seule elle fera la preuve et vous convaincra de la Vérité de ce que vous avez vu. Votre foi ainsi confirmée par l’expérience sera devenue invulnérable aux atteintes du Malin destructeur.
C’est alors que vous serez prêts à communiquer votre foi au monde et à « aller dire ce que vous avez vu » et reconnu dans le miroir de votre vie.

Marguerite Ph. Hoppenot
Cette Vie qui m’est donnée

Épiphanie

Contemplant plus avant l’épisode des Mages et nous interrogeant sur ce que leurs offrandes signifient pour nous-mêmes, cherchons à discerner quelle lumière, toujours actuelle, le don de l’or, de l’encens et de la myrrhe peut projeter sur nos vies. Il ne s’agit pas ici de leur signification doctrinale enseignée par l’Eglise –là n’est pas mon propos-mais de  leur interprétation vitale.
L’or pourrait symboliser nos dons personnels, quels qu’ils soient, mais aussi toutes les valeurs positives de notre existence.
Offrir l’or de notre vie, c’est offrir les « talents » qui nous sont propres ou plutôt « les ouvrir » à l’Esprit d’Amour afin que, animés par lui, ils deviennent un service fraternel.
L’offrande de notre or nous appelle donc à vivre « la pauvreté de nos richesses ».
La myrrhe, utilisée pour embaumer les morts, pourrait représenter tout ce qui, dans notre vie, est ou paraît négatif : épreuves, souffrances, échecs, tout ce qui semble faire œuvre de mort, mais qui, ouvert à l’Amour, pourrait paradoxalement faire œuvre de Vie et devenir positif ?
L’offrande de notre myrrhe nous appelle à accéder à « l’essentielle richesse » à travers nos « pauvretés ».
L’encens peut être le symbole de tout ce qui, au long de notre existence, s’en va en fumée : bonnes intentions, élans sans suite, tout ce que nous rêvons et ne vivons pas.
L’offrande de notre encens nous incite à ouvrir tout ce qui, en nous, est illusion à Celui qui fait la Vérité, afin que ce qui est velléité en notre vie devienne peu à peu réalité.
Cet épisode des Mages se révèle d’une étonnante richesse spirituelle pour notre vie, si nous ne le réduisons pas à un événement historique sans lendemain.

Marguerite Hoppenot
Cette Vie qui m’est donnée

du 1er au 7 janvier 2018

Marie dit alors : « Je suis la servante du Seigneur. Que tout se passe pour moi comme tu me l’as dit.
Lc 1, 38