Les derniers articles

L’Être Église est malade…

Ce qui manque dans l’Église, c’est la réalité vivante de Jésus-Christ. On semble perdre le secret de ce mystère chrétien.
Seule la Présence vivante de l’Esprit est source de vie qui demeure. Autrement, c’est construire sur le sable.
Il faut que le mystère de Jésus Christ soit vivant au cœur de l’Église. Le mystère de l’Église n’est pas autre que le fruit du mystère de l’incarnation de Jésus Christ, c’est-à-dire de l’incarnation de l’amour, qui engendre cette réalité vivante du mystère de communion.
Si l’Église n’est pas vivante de la réalité substantielle qu’elle doit exprimer, elle est comme ces magnifiques arbres, dont le cœur est mort et qui, peu à peu, rongés par le dedans, se dégradent et tombent en poussière. Tout pourrit par le cœur. Tout vit par le cœur.
De main d’homme, on édifie une solide organisation ecclésiastique et non le corps vivant de Jésus Christ.
Il y a actuellement un trop grand déficit, un trop grand manque de vie surnaturelle dans l’Église du Maître.
Le mystère du Christ n’est pas suffisamment vécu, alors son corps vivant ne s’élabore pas et l’aspect institutionnel de l’Église prend le pas sur le mystère de vie qu’elle doit exprimer.
L’ Être Église, à l’heure actuelle, étant malade, c’est l’Être Église qu’il faut restaurer par une plongée dans la vie des profondeurs de l’Église.

Marguerite Hoppenot, 1971

 

du 25 au 31 mars

« En effet, comme nous avons plusieurs membres en un seul corps et que ces membres n’ont pas tous la même fonction, ainsi, à plusieurs, nous sommes un seul corps en Christ, étant membres les uns des autres, chacun pour sa part. Et nous avons des dons qui diffèrent selon la grâce qui nous est accordée. »

Rom 12, 4-6

du 18 au 24 mars

« En vérité, je vous le déclare, chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits, qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. »
Mt 25, 40

du 11 au 17 mars

« Car voici ce qu’est l’amour de Dieu : que nous gardions ses commandements. Et ses commandements ne sont pas un fardeau puisque tout ce qui est né de Dieu est vainqueur du monde. »
1 Jn 5, 3-4

du 4 au 10 mars

« Cherchez d’abord le Royaume et la justice de Dieu, et le reste vous sera donné par surcroît. »
Mt 6, 33

du 25 février au 3 mars

Le cœur de ce peuple s’est épaissi, ils sont devenus durs d’oreille, ils se sont caché leurs yeux pour ne pas voir de leurs yeux, ne pas entendre de leurs oreilles, ne pas comprendre avec leur cœur et pour ne pas se convertir, et je les aurais guéris ! Mais vous heureux vos yeux parce qu’ils voient et vos oreilles parce qu’elles entendent.
Mt 13, 15-16

du 18 au 24 février

Celui qui a des oreilles, qu’il entende ce que l’Esprit dit aux églises.
Ap 2, 29

du 11 au 17 février

L’homme regarde à l’apparence, mais Yahvé regarde au coeur.
1 S 16, 7

du 4 au 10 février

Par l’amour, mettez-vous au service les uns des autres. Car la loi toute entière trouve son accomplissement en cette unique parole : tu aimeras ton prochain comme toi-même.
Gal 5, 13-14

du 28 janvier au 3 février

Comme tu m’as envoyé dans le monde, je les envoie dans le monde.
Jn 17, 18

 

Page 1 sur 39