Affronté à l’universalité des problèmes du monde, l’homme n’est plus à la mesure du monde qu’il a engendré.
Une prise de conscience me saisit soudain : il faut un nouvel ordre du monde. Il faut faire le passage décisif de l’ordre de la loi morale à l’ordre de la loi d’amour, qui est l’ordre de la vie fraternelle conduisant à la vie « une » : « Qu’ils soient un, Père, comme toi et moi sommes un » Jn 17, 21
Jésus Christ est lui-même la révélation de cet ordre nouveau, l’ordre de l’amour incarné en vérité. Il est l’essence et le principe de la vie sans limites, celui de la fraternité, de l’unité et de la paix.
Nous avons bien compris que l’être humain a été créé intelligent, libre et responsable, responsable de donner sa libre réponse à l’amour et de la vivre.(…)
Il nous faut enfin comprendre que nous sommes tous concernés, chacun à notre mesure – apparemment si petite soit-elle -, par ce nouvel ordre du monde. Ce sont des gouttes d’eau qui font l’océan. (…)
Il s’agit que nous soyons enthousiasmés par ce grand projet d’amour fraternel pour une paix universelle, projet qui nous dépasse mais qui passe par chacun de nous. Il s’agit de s’y engager personnellement et tous ensemble afin d’édifier l’avenir de l’humanité, celui de tous les enfants du monde qui sont tous enfants de Dieu.
(…) Et nous retrouvons là l’évidence d’une essentielle loi de la vie : l’infiniment petit, secret de l’infiniment grand, et le personnel, secret de l’universel.
Prenons conscience que tous les êtres humains, en commençant par nous-mêmes, sont concernés et responsables de donner leur réponse positive, leur « oui » à ce grand projet pour l’accomplissement d’un ordre nouveau du monde, cet ordre de l’amour incarné fidèlement vécu, dont l’humanité crie inconsciemment le besoin et la soif, au redoutable carrefour du troisième millénaire de l’ère chrétienne.

29 avril 1992
Marguerite Ph. Hoppenot
Un être nouveau pour un monde nouveau