Catégorie: Témoignages (Page 1 sur 2)

Témoignage d’un membre de Sève

J’ai commencé tard mon chemin spirituel. J’ai cheminé seule pendant presque 20 ans et, en groupes, ponctuellement, au cours de retraites, de pèlerinages, d’enseignements divers puis, point culminant de ce chemin, à  l’école d’oraison où j’ai fait cette rencontre intime avec le Christ qui  ne m’a jamais quittée, inspirant fortement la suite de mon parcours.
Sève s’est présenté à moi comme une heureuse providence, l’opportunité de cheminer autrement et en groupe à une étape où j’aspirais profondément à cela.
« Cheminer autrement » car je ne désirais pas un maitre spirituel dédié, et j’avais besoin de rencontres plus fréquentes et plus régulières pouvant me proposer un enrichissement spirituel ancré dans notre vie de chrétien, « en groupe » car mon désir était d’être conduite dans une démarche communautaire pour vivre la fraternité.
J’ai ressenti ce besoin d’entrer à Sève comme un appel ce qui me confirmait que je faisais le bon choix. Deux phrases de Marguerite ont été déterminantes pour me décider :
« L’homme est plus grand que l’homme. Tu portes en toi quelqu’un de plus grand que toi, tu portes en toi ton devenir. »   Marguerite Hoppenot 1
L’Esprit Saint était à l’œuvre.

Aujourd’hui le bilan de l’étape d’acheminement est proposé à la réflexion du groupe alors je vous livre le mien après ces cinq années  vécues avec vous dans ce mouvement (j’aime ce terme dynamique).
La fécondité découlant de la découverte je n’ai pas fait de différenciation mais prise par le temps j’espère que je réponds bien aux questions posées.
La philosophie spirituelle de Marguerite Hoppenot inspirée par l’Esprit Saint est une découverte sans limites pour moi. La pédagogie qu’elle propose en est la courroie de transmission et le Noyau animateur, NA, le catalyseur.
J’apprécie la pédagogie cadrée structurée par étapes de fil conducteur. Un NA totalement détaché du pouvoir qu’il pourrait avoir sur un groupe, agissant strictement dans un cadre imparti mais sans objectif de délai, de dates butoir, respectant ainsi le rythme individuel et collectif, favorisant le passage « à maturité » à une autre étape de l’acheminement. Notre NA (je ne connais pas les autres dans la vie de leur groupe) s’implique au même titre que chacun d’entre nous dans les partages évangéliques ou plus personnels, dans les temps donnés à la réflexion, à la méditation ce qui donne de la fluidité de l’homogénéité, et fait naitre au fil des rencontres cette commune-union source d’unité, « unité contagieuse fondée sur l’amour. » Marguerite Hoppenot2

C’est ainsi que j’ai découvert une fraternité fondée sur une motivation commune (je crois) : la conduite de nos vies dans les pas du Christ, un désir de s’ouvrir au monde dans un esprit de partage. Oui ce groupe pour moi est fraternel, et le terme de « frères » y prend sens. Je crois que chacun s’est efforcé d’y mettre les 3P en application car nous ne nous connaissions pas , nous ne nous étions pas choisis. Dans ce groupe je peux y cheminer avec confiance et Dieu sait (et oui!) que le partage de la Parole n’a pas été pour moi chose facile.
Le Partage de la Parole initie chacune de nos rencontres. La Parole de Dieu touche au cœur, à l’intimité de notre vie c’est un partage de confiance réciproque dans le respect des rythmes et souhaits de chacun.
C’est un exercice pas toujours facile selon la Parole proposée et notre état d’esprit, de moral, de fatigue du moment. Dans ce partage il faut savoir être soi-même et permettre à l’autre d’être lui-même. Chacun accepte de regarder sa vie à la lumière de la Parole, de se laisser enseigner par l’autre et le groupe grandit par le partage du vécu de chacun.
« Difficile labeur que cette entrée en vérité avec soi-même ! Nous y serons aidés toutefois par l’exigence d’être vrai pour les autres. » Marguerite Hoppenot3
Dans ce groupe je peux m’exprimer à cœur ouvert, accepter d’être perçue dans mon authenticité, sans craindre le jugement, la perte de l’amitié. Je porte en moi et dans mes prières, l’histoire de chacun partagée et je me sens responsable de sa confidentialité. Sève c’est l’accueil, la bienveillance, le souci de l’autre, c’est un modèle relationnel que j’ai pu transposer dans d’autres contextes de ma vie. Sève m’a amenée à approfondir ce savoir être intime et collectif base du savoir aimer avec la volonté de servir et d’unir.

Les écrits de Marguerite Hoppenot  nous conduisent à réfléchir  jusqu’au plus profond  de notre être. Sa pensée est souvent provocatrice, elle bouscule et ne laisse pas de place à « l’à-peu-près », la « petite mesure » ne se confondant pas avec l’à-peu-près. Tous les aspects de la vie sont dans ses écrits. Marguerite Hoppenot  c’est la personne ressource en toute circonstance et,  je n’ai pas le souvenir qu’une seule fois nous n’ayons pu puiser en elle une réponse, une solution, une phrase clé pour comprendre une situation, la surmonter ajuster un comportement, apaiser nos doutes, trouver une issue à un conflit, un combat intérieur.
Sa pensée m’a tirée vers le haut, m’a sortie d’une conception sans doute étriquée de ma mission de chrétien. Elle a élargi mon horizon, elle m’a révélé ma contribution possible à l’évolution de ce monde, comme « la petite goutte d’eau fondue en un avec les autres gouttes elle crée le fleuve » Marguerite Hoppenot 4 et cela m’a décidé l’année dernière à entrer dans la démarche écologique de la paroisse, projet  Église verte. Ma contribution est peu visible mais je reste humble et sereine faisant place à  l’Esprit Saint pour  s’en emparer  et me guider « donnez-lui quelque chose dont il puisse s’emparer  » Marguerite Hoppenot 5. J’ai trouvé en Sève des recettes de vie, un guide du quotidien des conseils pratiques  J’ai constitué un petit recueil de textes, de phases de Marguerite Hoppenot. Il me permet de me repositionner, de bien interpréter, de reprendre la marche quand je me laisse aller, de me recaler dans ma relation à l’autre de m’ajuster, de discerner. J’y trouve la paix, j’y forge l’intelligence de mon coeur.

Toute cette évolution est passée par le filtre du groupe, en marche je l’espère profondément   « vers la convergence d’amour pour l’unité d’un foyer de vie dans la joie de l’aventure et de l’émerveillement ». Marguerite Hoppenot 6

Chantal

Références des citations de Marguerite Hoppenot
1 : L’homme est une histoire sacrée
2 et 3: Midi sur le monde : mystère d’amour
4: Vers le Royaume – Parabole
5: Prier c’est aimer
6: Midi sur le Monde

Témoignage de Nancy

ÊTRE  AIMER  SERVIR  UNIR   C’est la devise du Mouvement Sève  dont je suis l’une des animatrices.  Sève veut dire : Spiritualité et Vie Évangélique
Le Mt Sève est un mouvement de Vie Spirituelle, laïc et œcuménique né en 1938 par Marguerite Hoppenot, mère, grand-mère,arrière grandmère à la demande de l’ Église, par la Cardinal Verdier. Il s’adresse à toutes les personnes en quête de sens, pour développer leur vie intérieure et grandir humainement et spirituellement à la suite du Christ.Nous venons de fêter les 80 ans du Mt Sève à Paris sous un chapiteau de cirque qui a rassemblé plus de 1000 personnes venant du Canada, de Suisse, de Belgique et de 70 villes de France, entourées d’évêques, prêtres et pasteurs amis du Mouvement.

A Nancy, nous sommes 5 équipes, dont une le soir pour les personnes en activités.
Ces équipes  se réunissent une fois par mois, animées par des laïques et nous avons un accompagnateur spirituel, le Père Prieur des Dominicains.

Notre devise «  ÊTRE  AIMER  SERVIR  UNIR résume bien ce que nous essayons de vivre.
Depuis mon entrée à Sève, ma vie a changé : je cherchai quelque chose à faire et j’ai appris à être autrement, je n’y avais jamais pensé ! Ce fut une remise en question de ma Foi .
Grâce à sa pédagogie bien structurée, le Mt Sève m’a fait découvrir une grande Lumière :
J’ai pris conscience de mes aspirations profondes :
j’aspire à aimer et être aimé…mais Dieu est Amour
j’aspire à exister, à être reconnu…mais Dieu EST
j’aspire à servir, me rendre utile…mais dieu est Serviteur
j’aspire à l’harmonie, l’unité…mais Dieu est UN
j’aspire à comprendre…mais Dieu est Lumière
j’aspire à la liberté… mais Dieu est Libérateur
j’aspire à la Paix …mais Dieu nous donne SA Paix
j’aspire à être plus… mais Dieu est Vie

J’ai réalisé alors que toutes ces soifs sont  les autres noms de Dieu et je ne le savais pas !     Tous les êtres humains du monde ont ces mêmes soifs qui sont en réalité des soifs de Dieu mais que très souvent,  sont enfouies dans le tapage de nos vies.

Alors, j’ai enfin compris ce que voulait dire ces paroles si souvent entendues :
« Dieu est Amour  et l’être humain est créé à son image «Il y a donc une Parenté vitale entre Dieu et l’homme !
Tu portes en toi Quelqu’un de plus grand que toi !
J’ai donc un petit quelque chose de Dieu dans le cœur,  une aptitude à aimer puisque DIEU  est Amour… A Sève nous l’appelons « le germe divin », le pape François nous dit «  vous avez tous une empreinte divine dans le cœur » et St Paul nous dit «  vous êtes de la race divine » Tous les hommes de la terre, toutes les races sont donc enfants de Dieu , baptisés ou non .
C’est donc cela la Bonne Nouvelle «  Si tu savais le Don de dieu ! » Dieu n’est plus là haut le Tout puissant qui régimente tout, il est le Créateur du monde et Présent au cœur de chacun !
Cette grande découverte a changé ma vie !
d’abord ma Prière :
Je demandais tout  à Dieu, j’attendais tout de lui… Maintenant, je fais silence et plus je l’écoute, plus il me parle au cœur et c’est lui qui me prie…c’est lui qui me demande de faire la paix autour de moi… c’est une intimité… une prière à double sens. «  je l’avise et il m’avise «  disait le curé d’Ars.
Puis, cela a changé mon regard :
D’abord sur moi même mais surtout sur les autres, chaque personne que je rencontre est porteuse comme moi de cette étincelle de vie divine et très souvent elle ne le sait pas…J’essaie alors de la regarder avec bienveillance, avec amour pour éveiller en elle ce qu’elle a de meilleur…le germe divin… j’essaie de croire en elle pour la faire exister. C’est la clé pour s’aimer les uns les autres.

Le Mt Sève est pour moi ma meilleure catéchèse d’ adulte qui me fait grandir et m’envoie vers les autres ; il m’aide à être consciente de ce qui m’habite et à faire croître ce petit germe d’amour dans mon cœur qui est le secret de la fraternité universelle…le secret du Royaume de Dieu.
«  Plus l ‘Amour sera vécu dans le monde , plus Dieu sera Vivant et Présent sur notre terre »       C’est maintenant le SENS de ma vie.Et je termine par une parole de notre fondatrice : Marguerite Hoppenot
«  Si tu veux changer les choses, change d’abord ton cœur devant les choses et les choses changeront »
Mijo Touvet, Février 2019

Au Gaillardin…c’est le Printemps !

 » Je te séduirai, je parlerai à ton cœur. » Osée
« Quand on ceinture le tronc, on n’empêche pas la sève de monter, quand c’est le printemps. » Edouard Pousset, s.j. Centre Sèvres
Le chêne vert du Gaillardin en sont le témoignage vivant. Contre vents et marées, majestueux, ils sont bien verts.
Merci pour m’avoir accueilli en session. Témoin émerveillé, j’ai vécu avec vous une « nouvelle figure de l’Église », d’une Église où l’appartenance au Royaume se vérifie à la Vérité de son existence humaine.

 » Tout homme qui fait la Vérité appartient à mon Royaume. », dernier témoignage de Jésus devant Pilate au moment de sa condamnation à mort.

  • Le Gaillardin, un haut lieu de « recréation » de son être dans la recherche de la vérité de sa vie
  • Le Gaillardin, un lieu où le prêtre, abîmé par la « pastorale d’encadrement », peut lui aussi faire tomber le masque de sa fonction ; un lieu où avec des frères et sœurs, le Prêtre est accueilli homme au milieu des hommes ; un lieu où il est reconnu comme frère dans le vrai de sa vie de baptisé, dans sa vie de baptisé vécue au cœur du monde.
  • Le Gaillardin, un lieu où la Parole de Paul VI se réalise :  » Avant d’être prêtre, le prêtre est le frère des hommes. » Evangelii nuntiandi

Oui, au Gaillardin…c’est le printemps !
Merci à toutes et à tous,
Jean BENOIT, prêtre du Diocèse du Mans

Deux vies données

On peut faire un parallèle inattendu entre ces deux vies : Marguerite Hoppenot et le facteur Cheval.
Cheval, humble facteur des Postes imagina et construisit son Palais Idéal en ramassant des cailloux au bord des chemins pendant des décennies lors de ses tournées. Hors de toute académie, de tout système, cet homme bâtit une œuvre architecturale inédite qui fit sourire les architectes des beaux-arts. C’est pourtant cette œuvre que des millions de gens viennent visiter. Posons- nous la question : pourquoi ?

Pour Marguerite Hoppenot, les pierres furent ses rencontres, ses intuitions, ses méditations, ses amitiés.
Cette femme fut entourée, conseillée certes mais elle seule discerna comment fonder et faire croître son mouvement par un positionnement spirituel original s’appuyant sur une pédagogie de questionnement tirée de l’Évangile.
Les théologiens devant cet objet spirituel non identifié froncèrent les sourcils et trouvèrent à redire tout comme les architectes devant le Palais Idéal de Cheval.
Alors quel rapport entre des œuvres et des êtres aussi dissemblables ?
La cohérence absolue entre l’œuvre et la vie. Deux expériences profondément humaines et personnelles.
C’est leur vie que ces personnes ont mis en jeu dans leurs œuvres respectives, la VIE, l’authenticité, leur sincérité rayonnent à travers elles.

Pour finir, Cheval et Marguerite Hoppenot ont tous deux transgressé leur condition sans la renier.
Cheval est devenu par la force de son imagination et de sa volonté un créateur majeur de l’Art Brut comme le surréaliste André Breton le définissait et cela en continuant ses tournées de facteur des postes!
Marguerite Hoppenot aurait pu demeurer une grande bourgeoise parmi d’autres, vivant dans le confort et les certitudes. Sans quitter son milieu, elle a fondé un mouvement et est devenue une grande figure mystique.
Les deux ont scié les barreaux du déterminisme socio-culturel sous le regard ébahi de la société.

Un animateur de Sève

Notre expérience au masculin et au féminin

Dieu est Amour et l’être humain, homme-femme appelé à se vivre à l’image de ce Dieu qui est Foyer d’Amour, en communion relationnelle nous apparaît comme un chemin essentiel pour nous rapprocher de notre appel à vivre en unité. Lorsque nous nous sentons désunis, perturbés au plan relationnel, nous avons appris que nous ne pourrons nous rencontrer sans d’abord faire en chacun de nous le chemin de retour à notre être profond, ce lieu porteur de ce que Marguerite Hoppenot a appelé ce germe de vie divine en tout être humain. Et alors, nous nous sentons capables de nous rencontrer, de nous mettre à l’écoute l’un de l’autre sans désir de gagner, de dominer l’autre. Et alors l’œuvre de l’amour en chacun peut nous unifier intérieurement pour refaire l’unité entre nous. Nous avons expérimenté cela à de nombreuses reprises.
Dans notre relation conjugale, nous sentons que la présence de l’autre nous permet de vivre un état de complétude amplifié. Nous nous accueillons dans nos charismes masculins et féminins en les recevant comme des dons de création enracinés dans l’Être divin dont nous sommes appelés à devenir progressivement l’image :
« Homme et femme il  le fit, à son image et  ressemblance. »

Richard et Christiane

Rencontre de responsables de Sève avec Mgr Moutel, évêque de St Brieuc

Points d’attention retenus par Mgr Moutel :
1. Rendez témoignage de votre foi auprès des enfants et même des tout petits pour qu’ils sachent très vite que vous avez Jésus pour ami et que c’est d’ailleurs Lui qui a déjà mis, par son Esprit Saint, de la bonté et de la beauté dans leur coeur d’enfant. Recherchez des pédagogies innovantes pour cette transmission de la foi, avec une attention aux parents surtout quand ils commencent à ouvrir de grands yeux sur ce qui habite le coeur de leurs enfants.
2. Soyez porteurs de la joie de l’Évangile dans le quotidien de la vie familiale, professionnelle, associative, politique, ecclésiale même. Ne délaissez pas la source qui coule en vous tandis que vous vous engagez dans les rencontres multiples et diverses de la vie dans le monde, en y étant vraiment présents, non pas en confrontation mais en « conversation » comme un ferment, par l’intérieur.
3. Dans la mission d’évangélisation de l’Église, il me semble que votre quête  spirituelle et votre désir d’incarnation vous rendent particulièrement aptes à aider des catéchumènes, en les écoutant là où ils en sont et en entrant en résonance (en vibration) avec cette rencontre singulière qu’ils ont faite avec le Christ. Ne vous imposez pas mais proposez gentiment votre service.
4. Avec quelques autres mouvements chrétiens, vous partagez une attention particulière à l’unité et à la paix. Soyez facteurs d’unité dans l’Église et aussi dans la société si souvent marquée par les opinions tranchées, les jugements sévères, voire les comportements blessants. Apportez bienveillance et douceur là où Dieu vous a plantés ! Inventez des petits laboratoires de fraternité.

D’un membre de Sève à Noirmoutier

  1. Education religieuse
    J’ai été élevée dans une famille catholique. À 20 ans, j’ai arrêté de pratiquer : attitudes de chrétiens, famille ou enseignants, tellement différents entre leurs paroles et leurs actes. Il m’a fallu 35 ans pour réaliser que ces divergences venaient peut-être de chrétiens, d’humains donc, mais que Dieu n’avait rien à voir avec tout ça!
    Et l’Esprit Saint (donc Dieu) m’a ouvert les yeux et le coeur : c’est après que je m’en suis rendue compte. Tout d’abord par un pèlerinage à Lourdes, puis j’ai intégré l’Action Catholique des Femmes, puis Alpha et me voici en Sève. Toutes ces belles pierres qui m’ont guidée sont reliées les unes aux autres. Je chemine…
  2. Découverte du Mouvement Sève
    Et j’ai découvert le Mouvement Sève grâce à Paule et Jean-Jacques, après avoir vécu le parcours Alpha.
    Ils m’avaient invitée à vivre une halte spirituelle d’été (Choisis la vie…et ce qui fait vivre) : pas nécessairement convaincue, pour voir…eh bien, j’ai vu !
    J’ai tout d’abord fait connaissance des lieux, puis des responsables parisiennes, accueillantes et bienveillantes, et des autres participants venant de partout (France et étranger). Et puis vinrent les partages et surtout les paroles de Marguerite Ph. Hoppenot (fondatrice du mouvement). J’ai, entre autres, « reçu » cette phrase : « Tu portes en toi quelqu’un de plus grand que toi. Tu portes en toi ton devenir. » Prier c’est aimer.
    Et il y a eu aussi les 3 « P », importants pour nous mettre dans une bonne relation avec l’autre et à se remémorer :
    – Préjugé favorable,
    – Pureté d’intention,
    – Pauvreté de soi
    J’y ai vu des sourires, de l’écoute, des partages, des richesses…de l’espérance.
    Paule et Jean-Jacques m’ont ensuite proposé de vivre une année de découverte. Ce que j’ai fait avec bonheur. Cette année est ma 3ème année en Sève.
  3. Chemin spirituel
    Peut-être ai-je fait le choix de venir vivre à Noirmoutier il y a 16 ans parce que c’est ici qu’est le Centre Spirituel de Sève ? Peut-être y ai-je été guidée ? Car j’avais besoin de cultiver ma foi latente, d’être guidée, de partager en toute confiance et sainement.
    J’y ai aussi trouvé du réconfort, de l’amitié, de la fraternité, du soutien…une famille.
    J’y ai puisé force et sérénité.
    J’en aime l’esprit de non-pouvophotos seve gaill 002ir, de pureté d’intention, de chaleur humaine, vivant, concret, positif. Il est une mise en route éclairée, dans l’actualité. Il est ouvert et dans le monde.
    Geneviève

Quand on passe au Foyer…

La Visitation
J’ai passé un moment génial au Foyer du mouvement Sève.
On voit clairement que les personnes là-bas aiment ce qu’elles font. En même temps, je les comprends, leur objectif, de partager du bonheur, est bénéfique.
De plus, les collègues sont vraiment agréables entre elles. Et c’est avec joie que j’ai aidé à préparer l’anniversaire d’une arrivante à Sève.
Merci de m’avoir accueillie,

Mathilde, 13 ans
le 23 mars 2016

D’un membre de l’équipe de Blainville au Québec

Pour moi « être » et « devenir » est un processus créatif. C’est-à-dire qu’à l’enfance nous ne sommes qu’une esquisse de nous-même, un dessin à grands traits. Avec le temps, pour toutes sortes de raisons extérieures à nous, souvent on se construit un personnage, on devient comme un dessin trompe-l’œil. Puis à l’âge adulte, si l’on accepte de retravailler le dessin de notre être et que l’on se libère des blessures qui nous empêchent d’être soi, alors notre conscience s’élargit et il est possible de découvrir notre être véritable.

On devient alors artiste et on peut se recréer  et se redessiner selon notre unicité, notre appel profond. C’est un acte de création qui s’effectue dans la foi, car on ne connaît pas le résultat, le devenir. Il suffit d’être fidèle à cette voix intérieure et à la mouvance de l’Esprit Saint qui nous habite.

Je crois que nous sommes des œuvres sacrées toujours en devenir et qu’il est possible de laisser émerger notre essence, notre être véritable de façon toujours authentique et libre.

D’un Canadien

Dieu est Amour et il nous a créés à son image…

Ce ne sont que quelques mots, mais des mots qui me bouleversent quand j’y pense… des mots qui sont et qui deviendront davantage la fondation de ma foi, de ma quête…

Je suis à l’image de Dieu, donc mon essence, ce qui me constitue c’est l’Amour, l’Amour agapè c’est-à-dire divin et inconditionnel. À son image, je suis aussi créateur, donc je peux donner la vie et je peux aussi donner forme à des projets, à des œuvres, à des relations.

Aujourd’hui je reçois cette parole de Dieu comme une invitation. C’est comme si Dieu me disait :
« Roland est amour et il est invité à créer et vivre son humanité à l’image de Dieu… »

Je me sens interpellé à revenir à mon essence, un peu comme on crée une sculpture par soustraction, c’est-à-dire que le sculpteur enlève la matière pour dégager la forme de l’œuvre, mais cette forme qui se révèle, certains sculpteurs diront qu’elle était déjà présente au cœur de la matière, il ne font que l’atteindre, la dévoiler. C’est ainsi que je veux laisser tomber ce qui n’est pas moi afin d’atteindre et communier à mon essence pour devenir l’homme que je suis.

Je suis conscient que cette invitation est universelle et qu’elle s’adresse à chacun. Je crois que ce que nous créons, ce que nous sommes est notre participation et notre contribution à une grande création collective.

Roland

Page 1 sur 2