(…), avec toute la discrétion et les délicatesses de l’Amour, le Christ ressuscité révèle sa présence et s’emploie à faire l’ultime éducation de ses apôtres, celle de leur regard et de leur intelligence afin qu’ils parviennent à voir au-delà de ce qu’ils voient et s’ouvrent pleinement au mystère de sa Vie.
Pendant quarante jours, Jésus s’ingénie en effet à faire passer ses amis esseulés de sa présence visible à la conscience de sa présence invisible, en les conduisant progressivement à le reconnaître vivant sous d’autres apparences. (…)
Pour reconnaître le Christ au-delà du visible, il faut désormais d’autres yeux que ceux de la chair. Cela implique un changement de regard : le passage d’un regard extérieur à un regard intérieur, le regard de l’amour…
C’est en effet l’Amour vivant en nous qui, peu à peu, transforme notre regard et lui donne cette intelligence du coeur qui permet de voir progressivement l’invisible à travers le visible et au-delà de lui.

Marguerite PH. Hoppenot
CETTE VIE QUI M’EST DONNÉE