Oui, Christ est ressuscité. Alors, nous pouvons entendre : « Je suis la Vie…Je suis venu pour vous donner la vie en plénitude ». « Le Christ ressuscité est avec l’homme jusqu’à la fin des temps. Mais Jésus-Christ n’est pas une divinité en haut. Il vit. Il est en expansion dans l’homme fidèle, dans le chrétien, autre Christ…jusqu’à la fin des temps pour le Christ total » (Parce que l’impossible est possible, p.228).

Il ne suffit pas de commémorer joyeusement la Résurrection sans laisser la trace précise de la rédemption qu’elle comporte  jalonner notre vie tout entière.

Il faut que cette commémoration atteste que le mystère pascal continue de se vivre, à l’intime de la vie de chaque chrétien, comme le nécessaire et progressif passage de la mort à la vie. C’est cette mystérieuse mutation qui creuse indéfiniment au cœur de notre être son sillage de vie ressuscitée jusqu’à la plénitude de l’éternelle résurrection.

​​​​​​​​​Marguerite Hoppenot 1969
​​​​​​​​​Cette vie qui m’est donnée

​​La résurrection, pour moi, c’est une mutation, c’est la mutation hors l’espace et le temps. Mourir vivant, c’est ça que ça veut dire. C’est ça la résurrection. On ressuscite tous les jours à partir du moment où l’on vit dans cette optiquelà le mystère de Jésus-Christ. On ressuscite tous les jours, c’est-à-dire que chaque jour certaines morts se produisent, certaines morts d’amour se produisent, pour une résurrection de vie. Un jour, alors, c’est la sortie de l’espace et du temps et l’on EST.

Comme on est Amour, on retourne dans la plénitude de l’Amour, on connait la plénitude de l’Amour au-delà de l’espace et du temps, hors limites. Ce que j’appelle le hors-limites de la vie. C’est une communion d’amour sans dissolution de la personne. Voilà ce que je vois.

 Marguerite Hoppenot, 1979
​​​​​​​​​Parce que l’impossible est possible (éd Salvator)

Le mystère du Christ est un dévoilement intérieur :

Qu’est-ce qui, en ce temps pascal, s’est dévoilé pour moi?
Puis-je re-connaître des moments où la vie a été re-suscitée en moi ?