« Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde » (Jn 1, 29-34)

Il n’y a qu’un seul baptême.
En effet, au-delà de l’incorporation de chaque être à sa communauté ecclésiale particulière, le baptême n’est-il pas le sacrement universel de l’incorporation de tous les enfants de Dieu à Jésus-Christ, le Fils parfait, en qui nous avons la même foi fondamentale et en qui nous sommes appelés à transcender peu à peu toutes nos différences ?
Marguerite Ph. Hoppenot
Pleins pouvoirs à l’Esprit Saint
ch. Ultime alternative