Lc 1, 39-45

En ce temps-là, Marie partit en hâte pour se rendre dans le haut pays, dans une ville de Juda. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Elisabeth. Or, lorsque Elisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant bondit dans son sein et Elisabeth fut remplie du Saint Esprit. Elle poussa un grand cri et dit : « Tu es bénie plus que toutes les femmes, béni aussi est le fruit de ton sein ! Comment m’est-il donné que vienne à moi la mère de mon Seigneur ? Car lorsque ta salutation a retenti à mes oreilles, voici que l’enfant a bondi d’allégresse en mon sein. Bienheureuse celle qui a cru : ce qui lui a été dit de la part du Seigneur s’accomplira ! »

Mystère de la « présence intérieure »

Quant au mystère de la Visitation, avons-nous levé toute confusion à son sujet ? Y voyons-nous désormais autre chose qu’une simple « histoire de femmes » ? Le mystère de la Visitation nous plonge au cœur de la vocation chrétienne, ce mystère de la  « Présence » intérieure, secret de toute communion créative de vie. C’est pourquoi il est le fondement de la vocation du Mouvement Sève, ainsi qu’en témoigne la fresque qui nous accueille à la porte du Foyer.

Elle nous rappelle jour après jour : est-ce un Autre qui accueille en nous ? Est-ce un Autre qui, à travers nous, va être contagieux ? Va-t-il être, invisible en nous, le secret de notre rayonnement, de notre accueil ? Est-ce qu’un Autre en nous va faire tressaillir la vie dans l’âme de ceux que nous allons rencontrer ?

La fresque de la Visitation n’est pas seulement là parce qu’elle est belle, elle est un signe qui, chaque fois, doit nous faire signe.

Marguerite Ph. Hoppenot
LA DYNAMIQUE DE L’UNIVERSEL