Lc 9, 28-36

Or, environ huit jours après ces paroles, Jésus prit avec lui Pierre, Jean et Jacques et monta sur la montagne pour prier. Pendant qu’il priait, l’aspect de son visage changea et son vêtement devint d’une blancheur éclatante. Et voici que deux hommes s’entretenaient avec lui ; c’étaient Moïse et Elie ; apparus en gloire, ils parlaient de son départ qui allait s’accomplir à Jérusalem. Pierre et ses compagnons étaient écrasés de sommeil ; mais, s’étant réveillés, ils virent la gloire de Jésus et les deux hommes qui se tenaient avec lui. Or, comme ceux-ci se séparaient de Jésus, Pierre lui dit : « Maître, il est bon que nous soyons ici ; dressons trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, une pour Elie. » Il ne savait pas ce qu’il disait.
Comme il parlait ainsi, survint une nuée qui les recouvrait. La crainte les saisit au moment où ils y pénétraient. Et il y eut une voix venant de la nuée ; elle disait : « Celui-ci est mon Fils, celui que j’ai élu, écoutez-le ! » Au moment où la voix retentit, il n’y eut plus que Jésus seul. Les disciples gardèrent le silence et ils ne racontèrent à personne, en ce temps-là, rien de ce qu’ils avaient vu.

Tous appelés à être transfigurés

Jésus Christ est la révélation de Dieu accessible à l’homme, l’invisible offert à sa vue. Je dis bien « offert », car cette révélation est une proposition : celle d’un itinéraire intérieur passant au cœur même de notre propre vie et nous conduisant à la découverte de Dieu. Il s’agit d’une connaissance par approches successives, introduisant un jour à la « vue » enfin libérée de tout voile. Révélation plénière du Dieu Vivant ! […]
Ce mouvement de la vie ne peut donc être vécu que par des êtres écartelés par leur fidélité à cette double relation d’amour dont le signe de croix est le symbole.
Vivre jusqu’à l’ultime fin cette relation dans une fidélité rigoureuse à sa double appartenance, humaine et divine, telle fut la mission de Jésus-Christ, Révélation de Celui qui est la Vie. Tel est, à sa suite, le sens de toute vie chrétienne : faire se rejoindre le mystère de l’homme et le mystère de Dieu, progressivement, jusqu’à percevoir l’évidence de leur relation.
Il est urgent que cette étape capitale de la Révélation plus pleinement reçue s’accomplisse enfin à travers la vie et dans l’intelligence d’une multitude d’êtres humains, afin qu’à cette heure décisive du monde, elle éclate au grand jour de la conscience universelle.

Marguerite Ph. Hoppenot
Cette Vie qui m’est donnée