Jn 13, 31-35
« Je vous donne un commandement nouveau : aimez-vous les uns les autres. Comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres. A ceci, tous vous reconnaîtront pour mes disciples : à l’amour que vous aurez les uns pour les autres. »

Il faut s’aimer les uns les autres envers et contre tout.
Il n’est de vrai que l’amitié et l’amour.
Que tous ceux qui veulent aimer à tout prix s’unissent afin que l’amour devienne un fleuve jaillissant, brûlant, irrésistible, qui emporte dans son courant tous les germes de violence qui cohabitent avec le germe d’amour… dans le cœur de l’être humain, de tous les êtres humains.
Nous avons en effet la certitude que l’amour triomphe de tout, parce que Jésus-Christ, l’Amour incarné, a vaincu le Malin…
« Ne vous souvenez pas du passé…  Voici que je fais un monde nouveau, il germe déjà, ne le voyez-vous pas ? » (Is 43,19)
Oui, […] nous avons eu la révélation vivante que le grain semé avait germé et était devenu une moisson, une moisson vivante que rien ne pourra empêcher d’ensemencer et de fertiliser des terres nouvelles pour qu’advienne le monde nouveau promis.
C’est pourquoi nous sommes dans la paix : nous ne cessons d’espérer, d’une espérance capable de soulever des montagnes, parce que nous avons la certitude que le Christ vivant – l’amour incarné en chacun et dans nos communautés – est le seul levain capable de soulever les montagnes et de faire advenir ce monde nouveau promis.

Marguerite Ph. Hoppenot,
chapitre « Nous ne cessons d’espérer ! »
extrait Un être nouveau pour un monde nouveau