Lc 1, 1-4 et 4, 14-21

Puisque beaucoup ont entrepris de composer un récit des événements accomplis parmi nous, d’après ce que nous ont transmis ceux qui furent dès le début témoins oculaires et qui sont devenus serviteurs de la parole, il m’a paru bon, à moi aussi, après m’être soigneusement informé de tout à partir des origines, d’en écrire pour toi un récit ordonné, très honorable Théophile, afin que tu puisses constater la solidité des enseignements que tu as reçus.[…]
Alors Jésus, avec la puissance de l’Esprit, revint en Galilée, et sa renommée se répandit dans toute la région. Il enseignait dans leurs synagogues et tous disaient sa gloire.
Il vint à Nazareth où il avait été élevé. Il entra suivant la coutume le jour du sabbat dans la synagogue, et il se leva pour faire la lecture. On lui donna le livre du prophète Isaïe, et en le déroulant il trouva le passage où il était écrit :
« L’Esprit du Seigneur est sur moi parce qu’il m’a conféré l’onction pour annoncer la Bonne Nouvelle aux pauvres.
Il m’a envoyé proclamer aux captifs la libération et aux aveugles le retour à la vue,
renvoyer les opprimés en liberté, proclamer une année d’accueil par le Seigneur. »
Il roula le livre, le rendit au servant et s’assit ; tous dans la synagogue avaient les yeux fixés sur lui. Alors il commença à leur dire : « Cette parole de l’Ecriture que vous venez d’entendre, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit. »

Cette parole de l’Ecriture … c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit.

Nous constatons sans cesse, dans la rédaction de l’Evangile, cette préoccupation de faire coïncider les événements de la vie de Jésus-Christ avec la parole des prophètes. […]
Il m’apparaît que ce ne sont pas les prophètes qui authentifient Jésus-Christ, mais Jésus-Christ qui peut authentifier les intuitions et annonces des prophètes. […]
Il me semble que cette prise de conscience pourrait aider à purifier notre enseignement chrétien de ses incohérences. Elle pourrait contribuer à éclairer le difficile chemin vers l’unité de tous les fils d’un même Père… de tous les croyants du monde, et, avant tout, de tous les chrétiens.
Ce ne sont pas les prophètes qui authentifient la vérité de Jésus-Christ. C’est Jésus-Christ qui, désormais, peut seul authentifier la vérité des prophètes sur leur chemin vers l’unique vérité.
Je dis « désormais », car il est évident, même normal, voire essentiel, qu’à l’apparition de Jésus-Christ celui qui se disait « Fils de Dieu » ait été regardé, vérifié si je puis dire, à la lumière de la parole de ceux qui, au long des âges, l’avaient annoncé.

Marguerite Ph. Hoppenot
N’ETEIGNEZ PAS L’ESPRIT