Jn 20, 19-31

Le soir de ce même jour qui était le premier de la semaine, alors que, par crainte des Juifs, les portes de la maison où se trouvaient les disciples étaient verrouillées, Jésus vint, il se tint au milieu d’eux et il leur dit : « La paix soit avec vous. » Tout en parlant, il leur montra ses mains et son côté. En voyant le Seigneur, les disciples furent tout à la joie. Alors, à nouveau, Jésus leur dit : « La paix soit avec vous. Comme le Père m’a envoyé, à mon tour je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et leur dit : « Recevez l’Esprit Saint ; ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis. Ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus. »
Cependant Thomas, l’un des Douze, celui qu’on appelle Didyme, n’était pas avec eux lorsque Jésus vint. Les autres disciples lui dirent donc : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur répondit : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je n’enfonce pas mon doigt à la place des clous et si je n’enfonce pas ma main dans son côté, je ne croirai pas ! » Or huit jours plus tard, les disciples étaient à nouveau réunis dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vint, toutes portes verrouillées, il se tint au milieu d’eux et leur dit : « La paix soit avec vous. » Ensuite il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici et regarde mes mains ; avance ta main et enfonce-la dans mon côté, cesse d’être incrédule et deviens un homme de foi. » Thomas lui répondit : « Mon Seigneur et mon Dieu. » Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu as cru ; bienheureux ceux qui, sans avoir vu, ont cru. »
Jésus a opéré sous les yeux de ses disciples bien d’autres signes qui ne sont pas rapportés dans ce livre. Ceux-ci l’ont été pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour que, en croyant, vous ayez la vie en son nom.

« La paix soit avec vous. »

Seigneur, toi qui nous as fait découvrir […] quelle paix tu fais régner parmi tes enfants lorsque, s’efforçant d’être fidèles à « s’aimer les uns les autres comme tu les a aimés », ils sont fondés dans l’unité… Aide-nous tous […] à vivre selon ce que tu nous as fait voir.
De la même manière, Seigneur, qu’à travers tous les chrétiens assoiffés de paix, la victoire de l’amour convertisse chaque communauté de vie : conjugale, paroissiale, apostolique, religieuse, en autant de petits foyers d’Eglise qui, tels ceux de la primitive Eglise, soient brûlants de ton amour et rayonnants de ta joie.
Que, fidèles à la divine inspiration de Jean XXIII, tous les croyants du monde, peu à peu saisis de la même passion de la paix, se laissent emporter par le courant provoqué par l’Esprit d’amour qui l’anime et, qu’à travers ces foyers d’Eglise, se propage, de proche en proche, le feu que tu es venu allumer sur la terre, parce que dans le cœur de tous tes enfants. Puisse alors ton Eglise, Seigneur, être le signe étincelant du Royaume qui vient, messagère d’espérance, de justice et de paix, le signe visible de la vivante Bonne Nouvelle que tu es venu révéler au monde : la parenté divine de tous les êtres humains.

Marguerite Ph. Hoppenot
PRIÈRES D’AMOUR, PRIÈRES DE VIE, « MYSTÈRE D’AMOUR, FOYER D’EGLISE »