Mc 7, 31-37

Jésus quitta le territoire de Tyr et revint par Sidon vers la mer de Galilée en traversant le territoire de la Décapole. On lui amène un sourd qui, de plus, parlait difficilement et on le supplie de lui imposer la main. Le prenant loin de la foule, à l’écart, Jésus lui mit les doigts dans les oreilles, cracha et lui toucha la langue. Puis, levant son regard vers le ciel, il soupira. Et il lui dit : « Ephata », c’est-à-dire : « Ouvre-toi. » Aussitôt ses oreilles s’ouvrirent, sa langue se délia, et il parlait correctement. Jésus leur recommanda de n’en parler à personne : mais plus il le leur recommandait, plus ceux-ci le proclamaient. Ils étaient très impressionnés et ils disaient : « Il a bien fait toutes choses ; il fait entendre les sourds et parler les muets. »

Ephata !

Après avoir ouvert nos cœurs, nos oreilles et nos yeux pour voir et pour entendre à travers les « gémissements du monde » actuel ses aspirations, ses revendications, ses souffrances, celles qui jaillissent des profondeurs de l’humanité comme une quête de vie, il nous faut être convaincus que, seule, la présence croissante du Christ vivant dans le monde peut entraîner tous ces désirs, ces souffrances, voire ces violences vers le véritable enfantement du monde nouveau espéré. […]

Alors, homme étourdi, deviens ce que tu es, convertis-toi, retourne ton cœur, « Epheta », ouvre-toi vers l’autre, ton frère, en t’ouvrant à l’Autre, ton Dieu… ce Père en qui est la source unique et inépuisable de tout Amour et de toute Vie.

cette_vieMarguerite Ph. Hoppenot
Cette Vie qui m’est donnée :
La Bonne Nouvelle affrontée à l’actualité de l’histoire, pour un avenir positif du monde