Jn 6, 41-51

Dès lors, les Juifs se mirent à murmurer à son sujet parce qu’il avait dit : « Je suis le pain qui descend du ciel. » Et ils ajoutaient : « N’est-ce pas Jésus, le fils de Joseph ? Ne connaissons-nous pas son père et sa mère ? Comment peut-il déclarer maintenant : « Je suis descendu du ciel » ? » Jésus reprit la parole et leur dit : « Cessez de murmurer entre vous ! Nul ne peut venir à moi si le Père qui m’a envoyé ne l’attire, et moi je le ressusciterai au dernier jour. Dans les Prophètes il est écrit : Tous seront instruits par Dieu. Quiconque a entendu ce qui vient du Père et reçoit son enseignement vient à moi. C’est que nul n’a vu le Père, si ce n’est celui qui vient de Dieu. Lui, il a vu le Père. En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit a la vie éternelle. Je suis le pain de vie. Au désert, vos pères ont mangé la manne, et ils sont morts. Tel est le pain qui descend du ciel, que celui qui en mangera ne mourra pas. »
« Je suis le pain vivant qui descend du ciel. Celui qui mangera de ce pain vivra pour l’éternité. Et le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie. »

Je suis la voie, la vérité, la vie

Jésus-Christ – révélation vivante de Dieu, incarnation de l’amour – m’entraîna irrésistiblement à sa suite dans l’aventure inépuisable de l’Amour. Il devint ce chemin vivant sur lequel on marche et qui, si on ne s’arrête pas de marcher, conduit, on le pressent, jusqu’au but : la connaissance de celui qui est Amour. […]

Je pris conscience en effet que cette connaissance du Père n’est pas une révélation qui puisse se saisir du dehors : elle ne peut s’approcher qu’à travers un dévoilement provoqué à l’intime de l’être humain par cet homme « re-né », cet homme intérieur, cet engendré, ce « fils » en nous, à la mesure de notre fidélité à vivre de Jésus-Christ. C’est Lui qui donne alors ses yeux pour voir peu à peu le Père dans sa vérité.

Marguerite Ph. Hoppenot

cette_vieCette vie qui m’est donnée :
Je suis la voie la vérité la vie