« Je ne suis pas venu mettre la paix sur terre, mais bien plutôt la division. »
Lc 12, 49-53

Oui, l’habitation du Christ en nous « sépare » parce qu’il est le « Tout Autre ». Mais si c’est vraiment lui qui nous sépare, il nous relie aux êtres à la même mesure qu’il crée au cœur de notre âme une « séparation ».
Car il ne sépare que pour « unir » en nous faisant, peu à peu, devenir « participant » à l’Amour même.
Ainsi, en devenant progressivement amour à cause de l’habitation du Christ en nous, devenons-nous progressivement les autres. Sans que les autres, cependant, puissent jamais combler l’abîme insondable que le Christ lui-même est venu creuser en notre âme et qu’il sera, désormais, le seul à pouvoir combler.
Mais à côté de cette séparation intérieure causée par l’infinie dimension du Christ en notre âme, il est une autre sorte de séparation, celle qui vient d’une mutilation de l’humain en nous. Celle-ci sépare irrémédiablement.
Veillons donc à déceler les vraies causes de notre « séparation chrétienne »… Séparé par atrophie de la vie, parce que la vie des autres ne trouve plus d’écho en nous… ou séparé par la Présence en nous de Celui qui est la Vie.

Marguerite Ph. Hoppenot
Vers le Royaume 
chapitre « Le Christ ne sépare-t-il pas des hommes ? »