« Aimez vos ennemis. » Mt 5, 38-48

Depuis deux mille ans d’expérience vécue à la lumière du christianisme, comment peut-on parfois dire encore que « Dieu a voulu » la mort de son Fils unique pour « racheter » les péchés des hommes, et donc pour apaiser son courroux ? Alors que le pardon est le commandement majeur et absolu de Celui qui est l’Amour vivant… le Sauveur du monde. « Il vous faut pardonner non pas sept fois, mais septante fois sept fois » c’est à dire toujours, nous dit Jésus.
Dieu est l’amour absolu… l’amour sans limites. Il ne peut donc jamais se limiter, se reprendre ni se refuser. Il est don d’amour infini… par-don d’amour sans limites.
Ce n’est donc pas Dieu qui ne donne pas son pardon. C’est nous qui nous fermons à son pardon en n’ouvrant pas notre cœur à sa vie d’amour et qui nous privons de lui. Le soleil brille toujours et donne toujours sa lumière ; si nous fermons nos volets, nous ne la recevons pas. Ainsi, ce n’est pas Dieu qui ne pardonne pas, c’est nous qui ne nous pardonnons pas, si l’on peut dire ! Quelle découverte éblouissante, combien responsabilisante et dynamique ! »

Marguerite Hoppenot
Extrait de « N’éteignez pas l’Esprit »