« Il vint habiter à Capharnaüm pour que soit accomplie la parole d’Isaïe »
Mt 4, 12-23

Il y a deux mille ans, le Seigneur appelant Pierre lui dit « Viens et suis-moi.» Et lui, laissant tout, le suivit. Depuis, à travers son Église, le Christ ne cesse pas d’appeler ainsi les chrétiens de tous les temps.
Qui est appelé ?
Là, il me faut signaler nos erreurs les plus courantes : le Christ n’appelle pas ceux qui ont du temps libre, ceux qui n’ont plus grand-chose à faire, ceux qui n’ont plus de problèmes, ceux qui n’ont pas de croix non plus à porter… Le Christ nous appelle tous et plus précisément ceux qui, dans la vie, sont en plein combat.
Il appelle, non pas les satisfaits, les comblés de l’existence, ceux auxquels il ne manque rien et qui alors, n’attendent rien. Mais tout au contraire « les pauvres » sur un plan ou sur un autre : ceux qui éprouvent un manque, un vide, une attente, et qui sont alors en état d’accueillir, d’entendre l’appel, et de s’ébranler.
Le Christ n’appelle pas davantage ceux qui sont dignes, justes, impeccables, les repus de grâce, les parfaits… ceux qui se croient arrivés, déjà en puissance de salut ! Mais tout au contraire les pécheurs, c’est-à-dire ceux qui ont conscience de leur état de pécheurs, et dont l’âme crie après l’aide et le rachat de leur Seigneur.
Marguerite Ph. Hoppenot
Vers le Royaume
ch. Les mains vides