Alors les Pharisiens allèrent tenir conseil afin de le prendre au piège en le faisant parler. Ils lui envoient leurs disciples, avec les Hérodiens, pour lui dire : « Maître, nous savons que tu es franc et que tu enseignes les chemins de Dieu en toute vérité, sans te laisser influencer par qui que ce soit, car tu ne tiens pas compte de la condition des gens. Dis-nous donc ton avis : Est-il permis, oui ou non, de payer le tribut à César ? » Mais Jésus, s’apercevant de leur malice, dit : « Hypocrites ! Pourquoi me tendez-vous un piège ? Montrez-moi la monnaie qui sert à payer le tribut. » Ils lui présentèrent une pièce d’argent. Il leur dit : « Cette effigie et cette inscription, de qui sont-elles ? » Ils répondent : « De César. » Alors il leur dit : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. » A ces mots, ils furent tout étonnés et, le laissant, ils s’en allèrent.
Mt 22, 15-21

Dans sa simplicité, cette parole [de Jésus] est une de celle qui a le plus servi à l’affranchissement des consciences, à la distinction des deux pouvoirs, le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel et la paix entre eux.
Jésus affirme d’abord que le pouvoir civil, même entre les mains des païens, n’est pas nécessairement malfaisant, comme certains sont portés à le croire. Il rend des services, fait régner la paix matérielle, sert au développement de la richesse temporelle. (…)
Dieu a des droits, droits fondés sur ce que nous recevons de Lui, droits que proclame son image empreinte sur tout ce que nous recevons de Lui. « L’image de César est gravée sur le métal, l’image de Dieu est gravée dans tout l’homme, dans son corps, son âme, sa volonté ; il est juste de lui rendre tout cela, puisque c’est lui qui nous en donne et la substance et l’accroissement » Saint Hilaire de Poitiers. Et Tertullien dit de son côté : « Si vous devez rendre à César l’image de César imprimée sur le métal, vous devez rendre à Dieu l’image de Dieu qui est imprimée dans l’homme, vous devez vous donner vous-mêmes à Dieu ».

Fr. Joseph de Almeida Monteiro o.p.  Homélie au Mouvement Sève
Bulletin n° 207