« Demandez, et on vous donnera. » Lc 11, 1-13

Prier, pour moi, c’est d’abord faire silence, écouter l’Esprit de Dieu me dire Je te parlerai au cœur. C’est une intimité. Mais faire silence ne signifie pas faire le « vide ». C’est faire un autre « plein » en tapissant mon cœur d’Evangile afin d’être habitée par la Parole. En mes temps de recueillement dans l’Amour, la Parole se fait alors parole de vie puis lumière sur la vie, sur tout ce qui concerne et interroge mon existence personnelle et commune, mais aussi les problèmes de l’Eglise et du monde dont nous sommes participants et donc responsables à notre faible mesure.…
Comment des fils ne pourraient-ils confier à leur Père tout ce qui les habite : leurs soucis, leurs peines, leurs joies, les êtres qu’ils aiment, la souffrance de leurs frères, les problèmes qui les préoccupent, ceux de l’Eglise et du monde, tout ce qui constitue le cœur de leur vie.
Cependant n’oublions-nous pas trop souvent ce que l’Esprit de Dieu veut nous dire ? J’ai pris conscience que nous passions notre temps à supplier Dieu de faire ce que précisément Il nous demande de faire nous-mêmes.
Par exemple, nous Le supplions de faire la paix, de donner à manger à ceux qui ont faim, de faire l’unité de Son Eglise. Mais n’est-ce pas Lui qui nous le demande ? Dieu ne nous a-t-il pas confié un germe de sa Vie pour agir en son nom ?

Marguerite Ph Hoppenot,
L’homme est une histoire sacrée, chapitre « Tapisser son cœur d’Évangile »