« Heureux les pauvres de cœur »
Mt 5, 1-12a

Seigneur, ouvre mon coeur à l’amour toujours davantage afin qu’il s’ouvre à ta lumière. Alors du « tout »comme « du peu » que je suis, du peu que je fais, du peu que je vis, fais une création nouvelle… indéfiniment.
Voilà ma prière.
Alors, rien n’est jamais la fin, c’est toujours un nouveau commencement,
c’est toujours Noël.
S’interroger sur le sens de sa vie, c’est se convertir.
La conversion n’est pas réservée aux chrétiens.
C’est retourner son coeur et l’ouvrir à d’autres valeurs, pour les chrétiens, celles de l’Évangile.
Pour quelques-uns, c’est l’oeuvre soudaine d’une certaine turbulence de l’Esprit.
Mais généralement, c’est une oeuvre de longue durée.
À travers ta quête de bonheur, ta soif de vivre, quel chemin vas-tu faire?
Quel chemin dois-tu faire pour devenir un vivant éternel, « présence vivante » là où tu es, artisan du Royaume, pionnier d’une civilisation de l’amour?
Jésus Christ nous a dit : « Je suis le chemin » Jn 14, 6
Fils de Dieu qui est Amour, le chemin est donc l’amour vécu…l’amour incarné, sans limites.
Marguerite Ph. Hoppenot
Un être nouveau pour un monde nouveau