Cela pourrait devenir une merveilleuse devise chrétienne. Elle pourrait s’accorder parfaitement avec l’Évangile, avec notre devise « Être – Aimer – Servir – Unir ». Or, telle qu’elle est comprise, cette devise des Français est l’objet de redoutables confusions.
La liberté est confondue avec l’indépendance.
L’égalité est confondue avec la similitude, l’uniformité.
La fraternité est confondue avec la camaraderie.
Ces trois réalités si importantes dans la vie des hommes et dans la vie du monde sont vues toujours dans le « faire » et jamais dans l' »être ».
La lumière de la spiritualité de Sève pourrait aider à faire passer cette devise de l’extérieur à l’intérieur afin qu’elle devienne promotrice de véritable liberté, de véritable égalité et de véritable fraternité.[…]
La liberté entraîne la soif d’égalité et seule l’égalité permet d’édifier une authentique fraternité.
Alors, j’ai vu dans la joie que les trois mots de la devise des Français étaient d’une cohérence absolue et qu’ils s’enchaînaient les uns aux autres.
La vraie liberté, celle de l’amour, peut faire comprendre ce qu’est la vraie égalité, qui n’est pas uniformité ni similitude mais égalité dans l’être. Elle seule peut conduire à une authentique fraternité qui suppose la reconnaissance de nos diversités, dans le respect mutuel. Seules ces diversités convergeant au-delà de chacune peuvent contribuer à l’élaboration d’un projet commun, le grand dessein du Créateur, ce Royaume fraternel des hommes, ébauche du Royaume fraternel des hommes, ébauche du Royaume de Dieu. […]
Mais il y a une condition à l’accomplissement de ce grand projet de Dieu – toujours le paradoxe chrétien -, c’est la fameuse « pauvreté de soi ». Nous n’allons pas l’oublier. Il faut mourir à soi-même, dit Jésus Christ: non pas faire mourir notre « être », mais l’ennemi mortel de notre « être », notre « moi-centre », notre « moi égocentrique ». Ce « moi-centre » qui m’empêche d’aimer, qui me referme sur moi-même, qui m’empêche donc d’exister en plénitude et de connaître la vraie liberté, celle de l’amour. Tout cela se tient.
« Bienheureux les pauvres de coeur, le Royaume des cieux est à eux » Mt 5,3
Nous retrouvons de nouveau la promesse et la condition. Tout l’Évangile est ainsi : Il fait briller une promesse et pose une condition. Rien n’est magique. C’est l’appel à un chemin de vie. « Je suis la voie, la vérité, la vie » Jn 14,6

Marguerite Ph. Hoppenot,  1985
Un être nouveau pour un monde nouveau