« Et maintenant, nous voici appelés à cheminer avec plus d’attention et plus d’amour encore avec Jésus-Christ Lui-même. Ce Jésus qui, un jour, nous saisit au cœur. C’est Lui qui ne cesse de nous appeler dans le secret du cœur et de nous conduire toujours plus loin afin de nous révéler peu à peu, les mystères inépuisables de sa Vie et de notre vie. »

Marguerite Hoppenot​​​​​​

Pèlerinage aux sources, 23 mars1987


« On connait l’histoire, on la rappelle, on va en faire mémoire. Est-ce que tout était prévu d’avance ?

Là nous touchons du doigt la prise de conscience que nous avons faite sur la différence entre « commémorer » et «célébrer ». Commémorer ce n’est pas une histoire vivante, c’est une histoire passée.

Frère inconnu, es-tu désormais convaincu que l’Evangile n’est pas seulement l’histoire de Dieu fait homme, intervenant il y a 2.000 ans dans l’histoire humaine, mais qu’il est l’aventure toujours actuelle qui doit s’inscrire indéfiniment dans la vie des hommes, la tienne comme la mienne, afin de prolonger la révélation du Christ au monde et de témoigner toujours de l’Alliance d’Amour entre Dieu et nous ?

Si notre vie veut témoigner jusqu’au bout de cette Alliance, les dernières étapes de la vie de Jésus nous concernent à notre tour. Ce sont celles où Il s’affronte au péché du monde, le refus d’aimer et en triomphe.

J’aimerais que nous réfléchissions à cette parole : « Il faut que » ?

  • Première interprétation :

Il fallait que Jésus-Christ accomplisse la volonté de mort que son Père avait sur Lui pour le rachat du monde. C’était prévu : il fallait que Jésus-Christ meurt pour racheter les péchés du monde ?

  • Deuxième interprétation :

Il fallait que Jésus-Christ accomplisse les Ecritures ? (Mc 14,49).Les Ecritures, ce n’est pas Dieu qui les a écrites. Justement, Jésus-Christ n’a rien écrit. Les Ecritures ce sont des gens comme nous qui les ont écrites. Ils étaient un peu plus prophètes que nous, ils voyaient un peu mieux devant, mais devant leur époque. Les prophètes n’étaient pas Jésus-Christ, ils n’étaient pas Dieu. Et Jésus-Christ n’a rien écrit.

Tout ce qui est écrit l’a été par des êtres humains qui avaient leur tempérament, qui étaient plus ou moins optimistes. Jésus-Christ, Lui, a tout inscrit dans la vie.

Jésus-Christ serait-il venu au monde pour attester la vérité des Ecritures ?

Jésus-Christ, le Fils de Dieu, serait venu pour attester ce qu’a dit Isaïe ? (Mt 4,14).

  • Troisième interprétation  que je vous propose :

Il faut que…Il fallait que Jésus-Christ aille jusqu’au bout de la révélation de la Bonne Nouvelle que l’Amour est sans limites et que Dieu est donc Par-Don d’Amour, nouveau don d’amour indéfiniment.

Est-ce que pendant cette semaine, nous allons réfléchir à cette histoire et nous sentir  concernés ? »

Marguerite Hoppenot​​​​​​

​​​​​​​​​      Ecrits personnels 1994