Nous nous joignons à l’appel du Pape François à tous les chrétiens de prier ensemble le « Notre Père » le 25 mars avec cette méditation de Marguerite Hoppenot

Voulez-vous que nous méditions le « Notre Père » ?
Cette prière que Jésus-Christ nous enseigna lui-même pour cheminer vers son Royaume.
Elle résume et éclaire à jamais, pour tous les hommes, le dessein de Dieu, celui que nous avons essayé de découvrir un peu mieux afin de pouvoir le vivre et le servir toujours plus fidèlement.
Nous pouvons dire :
« Notre Père »…
Et pas seulement « mon » Père puisque nous sommes tous devenus fils, si peu que ce soit,
alors nous sommes tous frères et nous pouvons dire « notre Père » en vérité.
« Qui es aux cieux »…
Dans l’au-delà infini, dans celui de l’Amour sans limites, donc au-delà de tous nos « moi » indéfiniment, indéfiniment au-delà de tous nos « moi ».
C’est là que nous nous retrouverons toujours.
« Que ton nom soit sanctifié »…
Que ton nom qui est « Amour sans limites » et « Unité de diversités » soit vécu par tes enfants.
Qu’il nous sanctifie, qu’il nous engendre sans cesse davantage à la vie de fils et de filles en vérité.
« Que ton règne vienne »…
C’est ainsi qu’adviendra le règne de l’amour, ton règne, Seigneur, à travers la communion fraternelle des hommes qui nous appelle à parachever ta création.
« Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel »…
Ta volonté essentielle, ton ultime volonté, ton unique volonté, c’est ta Vie, Seigneur !
Celle qui est vécue en plénitude au-delà du voile.
Que ta volonté d’amour et de communion devienne progressivement la nôtre pour que nous soyons artisans de ton ultime prière pour tes enfants : «Père qu’ils soient un comme nous sommes un»…
« Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour »…
Oui, Seigneur, nous sommes si faibles, donne-nous le soutien qui est celui de ta vie en nous.
Aide-nous à y être attentifs. Donne-nous le soutien de cette grâce, de ta grâce, jour après jour…
« Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés »…
Là, il nous faut retourner notre prière. Aide-nous à pardonner, à ré-ouvrir notre cœur à l’amour afin que nous puissions, nous, recevoir ton pardon.
Nous ne pourrons recevoir ton pardon que si nous pardonnons, puisque Toi, tu nous donnes ton pardon, toujours. Tu es comme le soleil : il donne toujours sa lumière. Si nous fermons nos volets, nous ne pouvons pas la recevoir.
Alors, pardonnons, ré-ouvrons notre cœur à l’amour et nous recevrons ton pardon, mon Dieu, celui que tu ne cesses jamais de nous donner puisque ton don d’amour est sans limites…infini !
« Ne nous soumets pas à la tentation »…
Cette parole est aussi quelque peu ambigüe car Dieu ne nous soumet pas volontairement à la tentation. Il ne nous tend pas des pièges pour éprouver notre fidélité.
« Ne nous soumets pas à la tentation » signifie pour moi :
Seigneur, que les appels de ton amour et ses exigences en nous ne soient pas pour nous l’objet de découragement, qu’ils ne nous arrêtent pas sur le chemin de l’amour que nous avons choisi de vivre.
Et alors peut-être, sur un plan plus mystique, celui du mystère de Dieu dont nous avons pris conscience, en découvrant que c’est le Christ vivant, le fils de Dieu en nous, qui est le seul objet des attaques du Malin.
Alors, Seigneur, que ces attaques du Malin ne soient pas trop fortes pour la faiblesse de ton enfant.
« Mais délivre-nous du mal »
Sois, en nous, Seigneur, la présence de l’amour libérateur.
Délivre-nous du plus grand mal qui puisse nous arriver…nous séparer de l’Amour, nous séparer de toi, Christ vivant.
Alors, sois en chacun de nous, comme en chacun de nos foyers, chacune de nos équipes, chacune de nos paroisses, et dans ton Eglise tout entière, l’amour vivant, vivifiant, vivificateur :
NOTRE SAUVEUR !

​​​​​​​​​Marguerite Hoppenot
​​​​​​​Extrait du livre « Prier c’est aimer »