Lisant et méditant, comme chaque matin, les textes de la messe, je suis de plus en plus frappée et interrogée par la raison d’être de ce grand nombre de paroles offertes aux fidèles participant à la messe en un laps de temps aussi court.
De quoi s’agit-il, en vérité, lors de notre participation à la messe, c’est-à-dire, pour moi, de notre préparation à vivre l’Eucharistie ?
Avec un peu d’humour, s’agit-il, pour le peuple chrétien, d’aller obligatoirement le dimanche à l’école de Dieu, après avoir été au long de la semaine, comme pour nos enfants, à l’école des  hommes ?
Tous ces textes rassemblés et, généralement, si peu accordés les uns aux autres, sont-ils destinés à être appris et « sus » ? Ou sont-ils un appel à les vivre et à les connaître ?
Or, « connaître » signifie « renaître de ».
Alors, s’il s’agit de recevoir une parole non seulement dans ses oreilles et dans son cerveau, mais dans son cœur et de vouloir la vivre, n’est-ce-pas une grande aventure qui appelle au recueillement ?
Habitée parce que saisie au-delà de moi, par le don et l’appel pressant  de cette lumière « Si tu savais le don de Dieu », comment à l’heure dernière de mon existence humaine, ne serais-je pas gravement interrogée par un appel devenu  pressant de fidélité à communiquer.
Réfléchissons. Si le milliard de bons pratiquants depuis des siècles avaient été entraînés à être de fidèles vivants de Jésus-Christ qui est l’Amour incarné, n’auraient-ils pas été contagieux et notre monde, dit super-développé, serait-il aujourd’hui si gravement déshumanisé ?
Soyons conscients et vrais.

                                                                                                         Marguerite Hoppenot
26 mai 1995