Etre fidèle dans le monde sans être du monde

Jeudi 14 Mai,  journée de prière, privations et partage, demandée aux croyants du monde entier, quelle que soit  leur religion. Il  se trouve que de nos « ermitages » que nous n’avons pas encore abandonnés, nous voulions vous faire part  de notre méditation au sujet de ce que Marguerite Hoppenot, en 1955, avait confié à ses carnets personnels…

 « Après la découverte de l’exigence de pauvreté, j’ai bien compris désormais que ma Vocation est l’Unité, fruit de l’Amour et que la « pauvreté de moi » en est la condition absolue. La pauvreté secret de l’amour et de la communion, dont il est question pour moi n’est donc pas  seulement la pauvreté matérielle, mais la pauvreté du cœur ou encore celle dite « pauvreté en esprit », celle qui s’éclaire à la béatitude : « Bienheureux ceux qui ont un cœur de pauvre, le Royaume est à eux. »  (Matthieu 5, 3). Cela signifie que le cœur est en « aptitude » de Royaume, c’est-à-dire  d’unité, de communion, parce qu’habité par l’amour.

Cependant… comment ne pas être conscients  de la servitude dans laquelle nous tiennent subtilement les biens matériels !

C’est pourquoi, aspirant au plus profond de moi à la liberté intérieure, c’est-à-dire à la liberté des enfants de Dieu, je crois indispensable de vouloir cette rigoureuse liberté en purifiant mon cœur de toute attache matérielle si invisible soit-elle, susceptible d’être un obstacle sur ce chemin. C’est pourquoi, à cette étape de ma route, ai-je pris certaines résolutions concrètes destinées à assurer et à vérifier pendant quelque temps si cette réelle liberté de mon cœur et donc de l’amour en moi, était bien vraie. Tel fut mon petit chemin d’apprentissage et de la vérification de la pauvreté dans ma vie de femme mariée, de mère de famille, de femme du monde, de fondatrice de ce mouvement destiné d’abord à la conversion authentiquement évangélique de mon milieu : Posséder comme ne possédant pas

« Vivre une pauvreté personnelle invisible dans le cadre de la vie collective familiale qui est le mien. Tel est, ce qu’avec souplesse, je me suis appliquée à vivre pendant quelques années afin de me libérer de toute attache excessive aux biens matériels et d’atteindre à une certaine liberté vis-à-vis du regard que l’on porte sur moi, à cause d’eux. Bannir tout désir de paraître. Être dans le monde sans être du monde. »

Amitiés de votre Noyau Animateur de l’équipe prières du jeudi au Foyer

« Dire Oui tous les jours avec Foi et Espérance pour continuer  la route  même très sinueuse. Amen »

SEVE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE    Mercredi 1 Avril 2020

C’était prévu, nous devions nous retrouver ce jour. Le confinement ne nous a pas arrêtés. Il fallait que cela arrive… c’était plus fort !

À 21H00 nous étions tous  à nos téléphones sur le « pont » !

Accueil mutuel où inquiétudes des uns, difficultés des autres, souffrances partagées mais  aussi, espoirs, nouvelles et belles découvertes  en cette période de confinement… et joie pour  tous de nous retrouver.  

Spontanément cette joie  nous a introduit au partage de la Parole : 2 Co 9,10Tout de suite jaillissent des pensées toutes personnelles sur l’éveil de la nature, la foi en l’Amour, sa fécondité, son immanence, l’appel de l’unité ,la justice et ses fruits, le germe  de vie divine, la responsabilité de chacun à semer dans son jardin, à co-créer des fruits de justice multiplicateurs … tout se dit simplement, tout est reçu dans une écoute attentive.

Partage du chapitre  « Vie contemplative » de La main de Dieu (voir site 18/03/2020) Émerveillement…

La description précise que Marguerite Hoppenot exprime, nous aide à comprendre la réalité de cette vie intérieure et à nous projeter dans sa réalité infinie.

L’ intimité de sa vie  qu’elle nous partage en toute transparence, nous éclaire sur les exigences et fidélités de la vie contemplative :

– Elle se nourrit de toutes les circonstances de la vie  y compris  la vie professionnelle, points d’appui… parcelles de la vie du Christ

Être habité par « Quelqu’un»

– Passer de la contemplation passive  – ne pas s’arrêter là – à la contemplation d’action.

« L’imprégnation de la vie du Christ dans ma  pauvre  ma vie ;… une sorte de transposition de ma vie dans la sienne »

– La pauvreté intérieure – vide progressif du « moi »-

« …je compris par une sorte d’intuition vitale que Dieu seul pouvait donner Dieu…et qu’il ne se donnait qu’au désert. »

– Le désert ?.

Lieu des immensités, de la solitude, d’une nature dépouillée, de la tentation…..

La vie contemplative nous met sur un chemin qui conduit à la communion d’Amour.

Nous nous sommes quittés le cœur plein d’espérance, habités par ces silences et paroles échangés, conscients de ce qui nous fait vivre :

« Prière, Parole de vie, Pain de vie, Humilité, Pauvreté, Fidélité, Amour « 

​​​​L’équipe « Sève dans la vie professionnelle » qui vous salue

NOUVELLES DE PONTAILLAC, 25 mars 2020
Avec les nouvelles technologies, « Pontaillac » s’est réuni…
Échanges, dialogues d’une exceptionnelle profondeur avec le texte :
« Vie contemplative » (extrait de La Main de Dieu) qui était soutenu par quelques questions :

– Contemplation passive – Contemplation d’action
– Qu’évoquent pour moi, ces 2 termes ?

« … Je compris par une sorte d’intuition vitale que Dieu seul pouvait donner Dieu… et qu’il ne se donnait qu’au désert. »

– Que signifie pour moi le mot « désert » ? Quelle expérience en ai-je ?
– Quels en sont les fruits ?
– Servent-ils « le bien commun », la fraternité universelle ?

Étonnant ! c’est notre aînée, 92 ans… qui a le mieux saisi le bon fonctionnement de notre nouvelle communication… cela a alimenté notre joyeuse complicité .

Nous avons décidé de faire nôtre cette intention partagée afin de nourrir notre communion pour l’apporter vers un univers élargi.
« Que ces temps extra-ordinaires,au sens propre, qui par ailleurs se superposent au carême de cette année 2020, soient pour chacun un temps de retour à l’essentiel, mais aussi de fécondité et d’ouverture aux autres (ces « autres » que paradoxalement nous ne pouvons plus fréquenter ni embrasser…). Cela nous fait comprendre que nous ne sommes plus dans des relations « mondaines », mais vitales.
L’équipe de Pontaillac qui vous salue !

EVEIL A LA CONSCIENCE
Rencontre-partage du Samedi 29 février 2020 de 14h30 à 17h,
Thème : – Quel espace je me laisse à moi-même, à mon (ma) conjoint(e), à mes enfants ?
– Suis-je à l’écoute de mes besoins, de ceux de mon (ma) conjoint(e), de ceux de mes enfants ?
– Quelle liberté, quelle responsabilité je laisse à l’autre ?

Eveil mars 2020

Des jeunes parents, membres de Sève, ont animé avec l’équipe cette rencontre ; en témoignant de leur expérience de la session vécue avec leurs enfants au Gaillardin.
Des ateliers ont été proposés aux enfants.

Session d’éveil à la conscience au Gaillardin :
Témoignage d’Alexia

Le thème proposé aujourd’hui par l’équipe d’Eveil de la conscience touche en plein cœur la devise ‘Etre, Aimer, Servir, Unir’ au travers d’un questionnement sur l’Etre. Cette question nous invite à discerner comment la vie éclaire nos chemins et celui de nos enfants.
‘’Bien être ? Mieux être ? Plus être ?… quelles perspectives pour nos enfants ?’’
A la demande bienveillante du noyau animateur et grâce à leurs encouragements, je souhaiterais partager mon expérience et vous dire comment ce thème retentit tout particulièrement dans mon cœur.
Au commencement, il y eut un mal être que je ne ferai qu’évoquer brièvement. 20 ans de profonde dépression et de refuge dans le travail qui me coupaient de la vie, une vie de foi qui plaçait Dieu à un niveau inaccessible, des exigences perçues de devoir et de règles qui se résumaient à l’application de dogmes, déconnectés de la vie, qui étouffent, ternissent, écrasent,… Cependant, dans ce terreau desséché, une aspiration forte, d’une autre dimension m’appelait doucement.
La rencontre avec le mouvement Sève, l’acheminement que j’ai entamé il y a douze ans me permettent aujourd’hui de témoigner de ce que la Vie peut apporter au-delà du mal être, grâce à des prises de conscience qui permettent des passages avec pour point commun le choix de la Vie, le choix de l’Amour.
Il y eut un regard créateur, un regard d’Amour, qui donne Vie – une merveilleuse vidéo de Marguerite Hoppenot le fait si bien vibrer ce regard de Vie. Et je voudrais ajouter à ce regard d’Amour, les paroles qui l’ont accompagné ainsi que l’écoute. Ce trio Regard/ Parole/ Ecoute reçu pour la première fois à Sève a permis la sortie de cet état de mal être vers un état de bien être.
Et alors le monde se colore, le quotidien est plus léger. Ce temps fût celui d’une libération qui apporte beaucoup de fruit dont la joie de vivre que je connaissais si peu. Ce n’est qu’une première étape, légitime et nécessaire mais tournée sur soi. Cela fait bien écho au thème de la précédente session ‘s’aimer soi-même’ qui est loin d’être trivial et ne doit pas être négligé.
La vie ne s’arrête pas là, un appel encore plus fort me poussait à un au-delà qui s’est construit en parallèle de cette étape. Etablir un lien, un contact avec l’autre. La confiance établie au sein du mouvement a joué un rôle clé et des amitiés d’une beauté et d’une intensité hors du commun se sont nouées. Cela signe un autre passage, vers un mieux être qui est une source de joie d’être au monde, avec l’autre. Qui nous ancre en tant qu’être social, avec son propre rôle à jouer. [ici j’aimerais bien ajouter ce que Marguerite Hoppenot dit au sujet de l’Evangile qui rappelle que nous sommes tous un membre d’un même Corps et qu’il ne saurait en manquer un].
Ce chemin ne s’arrête pas là. Une soif encore plus grande, une aspiration encore plus forte, m’a fait vivre la plus grande révélation à ce jour: ‘je porte en moi plus grand que moi qui me permet un dépassement, pour aller au-delà, pour vivre l’impossible aux yeux de l’homme’. Ce germe de vie divine que nous portons tous et qui nous permet de nous accomplir en vivant pleinement dans l’Amour , j’en ai fait l’expérience notamment au travers de pardons dans la cellule familiale qui me semblaient avant impossibles à donner ou à recevoir. L’Amour en nous peut tout et nous mène vers le plus être.
De nombreuses clés de Vie m’ont été apportées au cours de ces années de cheminement à Sève. J’ai le coeur en joie à la perspective des merveilleux échanges qui vont advenir aujourd’hui en pensant tout particulièrement à nos enfants. Je vous le dis à une période de ma vie en turbulence et pour laquelle je peine à vivre ces dépassements tout en y croyant fermement à la lumière de mon expérience passée. Je le confie à vos prières.
Alexia, le Gaillardin, mai 2019

Le Mouvement Sève fête ses 80 ans !!!

TRUC Invitation Sève

Une si belle rencontre

Le samedi 18 mars 2017 , grand-parents, parents se sont retrouvés pour progresser ensemble sur le chemin de l’éveil à la conscience des touts petits. Chacun et chacune, attentifs à leur rôle d’éveilleurs et d’accompagnateurs poursuivent leur formation sur le mode interactif alors que les petits enfants sont pris en charge par une équipe de « jardinières » qui applique concrètement une manière d’être et vivre ensemble inspirée de notre Fondatrice.
Composition1

Fête de la Musique, 21 juin
la chorale de Sève donne de la voix dans une maison de retraite

photo chorale 1

Vie fraternelle au Foyer

Vente-ConvertImageVente-Sve-Froidefond-ConvertImage
Temps fort régional Lyon, juin 2016 avec le Père Joseph AlmeidaTemps fort Lyon juin 2016

« Seul l’Amour sauvera le Monde « ,
Frédrique Bedos à la rencontre de Sève
FBedos hors Sevehttp://www.mouvement-seve.fr/regards-croises/

Equipe de Lausanne

IMG_8280-ConvertImageAprès 3 ans d’acheminement et et 3 ans d’enracinement notre  équipe est arrivée à l’étape de l’Engagement au Grain de Blé

 

 

Temps fort régional à l’Est, mai 2016 avec le père HubautTps fort région EST 2016