Fondatrice du Mouvement Sève

3 juillet 1901 – 18 mars 2011

 MH couleur

Source : Radio Fourvière (Lyon) – Emission Témoin Aujourd’hui (Durée 26 mn)

 

1901 : naissance à Paris de Marguerite  de Marchena.

Dès sa première communion, elle voulut faire une famille à Jésus-Christ.

1924 : mariage avec Philippe Hoppenot qui a partagé et vécu totalement sa vocation d’amour et d’unité. Comme le disait Marguerite, Philippe fut « celui par qui tout fut possible ». De leur foyer naquirent 5 enfants et de nombreux petits-enfants.

1933 : l’appel de Dieu : prise de conscience déterminante de la parenté divine de l’être humain, à travers ces deux Paroles devenues indissociables :

« Dieu est Amour. »
1 Jean 4, 8

« Il créa l’homme à son image, homme et femme il le fit. »
Genèse 1, 27

1936 : l’appel du monde à travers des grèves violentes : prise de conscience du rejet dont étaient l’objet les détenteurs du pouvoir, de l’avoir et du savoir quand ils ne sont pas animés par l’amour et au service de la fraternité.

1937 : l’appel de l’Église par le cardinal Verdier, archevêque de Paris, qui voulait fonder un Mouvement dans le courant apostolique de l’Église.

1938 : naissance du Mouvement Sève, avec l’option décisive de planter un grain profond en terre, un grain d’amour évangélique : choix de la fécondité à terme, pas de l’efficacité immédiate.

1953 : rencontre avec le pasteur Marc Boegner, Président de la fédération Protestante de France qui a confirmé et élargi sa vocation d’unité jusqu’à l’unité des Chrétiens. Leur amitié  dura jusqu’à sa mort en 1971.

1982 : fondation du Mouvement Sève à la cathédrale Notre-Dame de Paris. Homélie du père A.M. Carré (op), fidèle compagnon de route depuis 1939, qui atteste de la vocation de Marguerite Hoppenot :

« Votre vocation est de Dieu. Elle est à la fois actuelle et universelle. Elle est pour l’Église et pour le monde. »

Père A.M. Carré

En se livrant à Dieu, Marguerite Hoppenot a pu entendre son dessein d’amour pour l’humanité. Animée d’un double amour, celui du Christ et celui des êtres humains, elle a mis toute sa vie au service d’une vocation d’amour et de lumière pour l’Église et pour le monde, accompagnée d’une communauté avec qui elle partagea tout.

De sa fidélité est née une communauté porteuse de cette vocation christique.

2000 : Marguerite Hoppenot remit sa vocation à la communauté fondamentale formée par elle depuis de nombreuses années.

2011 : Elle s’est éteinte, âgée de 110 ans. Totalement livrée à l’Amour, elle est entrée dans le mystère divin, laissant derrière elle une œuvre d’amour, de lumière, de vie christique.

Elle nous disait :

« La mort est une lampe qui s’éteint quand le soleil se lève. »
Marguerite Ph. Hoppenot